Consommateurs, producteurs, territoires : tous concernés par la lutte contre le gaspillage alimentaire
Dossier

Cette année a lieu la première Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture, le 29 septembre. Lancée par l'Organisation des Nations-Unies, cette journée est l'occasion de rappeler que la lutte contre le gaspillage alimentaire constitue un levier pour assurer la sécurité alimentaire de tous, et en particulier des plus vulnérables, touchés par la pandémie du Covid-19. Elle s'inscrit également dans 3 des 17 objectifs de développement durable de l'ONU : ODD n°2, ODD n°12 et ODD n°13.

Sélection des produits à l’achat, stockage des aliments, dons… Chacun peut agir à son niveau pour lutter contre le gaspillage alimentaire dès sa cuisine, en adoptant des gestes antigaspi. En 2016, la France est pionnière en se dotant de la loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire (dite « loi Garot »), complétée par la loi EGalim qui introduit de nouvelles mesures en 2018. 

Grâce au numérique, des applications facilitent les dons par les producteurs envers les personnes démunies, ainsi que les dons entre particuliers. En régions, de nombreux réseaux se mettent en place afin de limiter les pertes de nourriture. Enfin, le ministère en charge de l’Agriculture déploie une campagne de sensibilisation et propose des outils pour réduire au quotidien les gaspillages alimentaires.

Retrouvez dans ce dossier tous les éléments utiles à connaître sur la lutte contre le gaspillage alimentaire.