La France veut réduire le gaspillage alimentaire de 50% d'ici 2025
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
À l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, ont réaffirmé l’engagement de la France pour réduire le gaspillage alimentaire de 50% d’ici 2025 et lancent les réflexions pour un Pacte 3.

Les 60 partenaires signataires du Pacte de lutte contre le gaspillage alimentaire, lancé en 2013 dans le cadre du Programme national pour l’alimentation (PNA), étaient réunis le 29 septembre 2021 pour dresser le bilan des actions menées dans le cadre du Pacte 2, présenter des initiatives exemplaires et partager leurs réflexions pour un nouveau cadre d’action collective.

Dans un contexte marqué par la pandémie mondiale et le changement climatique, l’enjeu d’une réduction drastique des pertes et gaspillage alimentaires est plus que jamais une priorité. À l’heure actuelle subsiste un gaspillage alimentaire inacceptable au regard de l’augmentation de la population en condition de précarité alimentaire et de la nécessité d’atteindre la neutralité carbone. Il est estimé que 14% des aliments produits sont perdus entre la récolte et la commercialisation, et que 17% de la production alimentaire mondiale totale est gaspillée. En France, les pertes et gaspillages alimentaires représentaient en 2016, 10 millions de tonnes de produits par an. Ce gaspillage est source d’un prélèvement inutile des ressources naturelles, mais aussi d’émissions de gaz à effet de serre évitables.

La création d’une Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 29 septembre, marque la volonté d’une prise de conscience généralisée et la nécessité d’engager des actions concrètes à toutes les échelles pour y remédier.

Avec un cadre réglementaire ambitieux et des initiatives déployées au plus près des territoires, la France fait figure de pionnière dans le domaine de la lutte contre le gaspillage alimentaire et indissociablement dans celui de la lutte contre la précarité alimentaire.

À l’occasion du webinaire, les signataires du Pacte ont partagé un bilan positif des actions menées. Face aux enjeux, leur volonté est d’aller plus loin pour atteindre l’objectif national visant à réduire le gaspillage alimentaire, d'ici 2025, de 50% par rapport à son niveau de 2015 dans les domaines de la distribution alimentaire et de la restauration collective et, d'ici 2030, de 50% par rapport à son niveau de 2015 dans les domaines de la consommation, de la production, de la transformation et de la restauration commerciale.

Ce webinaire a permis de fédérer et réunir les parties prenantes de la lutte contre le gaspillage alimentaire autour de cet objectif commun. À l’instar du mouvement de lutte contre le gaspillage Too Good To Go qui a initié le Pacte sur les dates de consommation ou encore la plateforme Solidarité Associations, initiative collaborative pour faciliter les dons de produits alimentaires aux associations caritatives, les initiatives vertueuses se multiplient. La création du label Anti Gaspi marque la volonté de valoriser toutes ces initiatives et de les accompagner.

L’enjeu de faire converger les objectifs de réduction du gaspillage alimentaire et de lutte contre la précarité alimentaire a également été souligné. À cet égard, l’articulation des travaux menés dans le cadre du Pacte et du COCOLUPA (Comité national de coordination de la lutte contre le gaspillage alimentaire) lancés en septembre 2020 par les ministres en charge des solidarités, de l’agriculture et du logement, permettra de répondre à ce double défi.

Pour aller plus loin : https://agriculture.gouv.fr/pacte-national-de-lutte-contre-le-gaspillage-alimentaire-les-partenaires-sengagent

Quatre initiatives pour réduire le gaspillage alimentaire

Le pacte sur les dates de consommation initié par Too Good To Go

Les dates de consommation sont peu comprises des consommateurs et génèrent du gaspillage alimentaire tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

L’ambition du Pacte sur les dates de consommation initié par Too Good to Go est de créer une coalition d’acteurs qui s’engagent à clarifier leur signification, à harmoniser les dates et à travailler ensemble autour de l’ambition commune de réduire le gaspillage alimentaire. Ce pacte comprend plusieurs objectifs, à savoir :

  • 1- Éduquer et sensibiliser ;
  • 2- Clarifier la différence entre DLC et DDM ;
  • 3- Optimiser la valorisation des produits exclus des circuits de vente ;
  • 4- Collaborer pour harmoniser les bonnes pratiques.

La plateforme Solidarité Associations

La plateforme Solidarité Associations est une initiative lancée en avril 2020 par un collectif multi-acteurs réunissant des entreprises de la grande distribution, industriels, logisticiens, associations, start-up et institutionnels.

Opérée par l’entreprise Comerso, la plateforme a été co-construite et portée par les Épiceries ANDES, les Banques Alimentaires, la Croix-Rouge française, Carrefour, Cogepart Group, Ceva Logistics, Danone, et Publicis Conseil.

La plateforme a permis la redistribution de plus d’1 million d’équivalent repas aux associations et contribue depuis à lutter de façon concrète contre la précarité alimentaire.

Solidarité Associations est une solution concrète pour lutter contre deux sujets d’actualité majeurs : la précarité et le gaspillage (d’après Pierre-Yves Pasquier, cofondateur de Comerso).

Le label anti-gaspi

Le label a été créé par la loi n° 2020-105 du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire (AGEC).

Il a pour vocation de valoriser des initiatives vertueuses et d’accompagner les objectifs ambitieux définis par la loi. Il prévoit notamment la validation des référentiels intégrant les plans de contrôles par arrêté ministériel, ou encore la désignation des organismes de certification par la ministre de la Transition écologique.

Ce dispositif permettra d’orienter les choix des consommateurs et de créer une dynamique vertueuse pour les entreprises concernées.

Le Cocolupa

Le Comité national de coordination de la lutte contre la précarité alimentaire a été instauré dans le contexte de l’augmentation du nombre de personnes ayant recours à l’aide alimentaire depuis le début de la pandémie, estimée à 20% par rapport à 2019.

Cette instance informelle réunit régulièrement, sous la présidence de la Direction Générale de la Cohésion Sociale, les acteurs de l’aide alimentaire : administrations centrales et déconcentrées, collectivités et associations.

Installé par Olivier Véran, Julien Denormandie et Emmanuel Wargon en septembre 2020, ce comité de coordination a pour objectif de créer un espace de dialogue durable entre les acteurs de la lutte contre la précarité alimentaire, de dresser un état des lieux partagé et de faire le retour d’expérience de la crise du Covid-19. Il a pour vocation de structurer durablement la coordination des acteurs vers un horizon commun, celui d’une aide alimentaire soucieuse de l’autonomie des personnes, de l’environnement et de la qualité de l’alimentation.

Vous pouvez rejoindre les signataires du Pacte pour partager vos engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire : pacte-antigaspi@agriculture.gouv.fr