Boîtes de conserve : comment ça marche ?
BOITE DE CONSERVE / VIGILANCE ALIMENTAIRE : Inventée en... 1795, la boîte de conserve est aujourd’hui encore largement utilisée. Pratique, elle permet de conserver goût et composition nutritionnelle des produits pendant cinq ans. Un temps de conservation record, obtenu sans produit chimique, sans additif et sans conservateur. Mais alors, comment ça marche ? Explications.

Le principe de la boîte de conserve est tout simple, et repose sur un procédé inventé par un confiseur français, Nicolas Appert, en 1795 : la stérilisation des aliments par la chaleur, à plus de 100°C. Ce confiseur français eut l’idée de faire chauffer au bain-marie une bouteille en verre contenant des légumes et fermée par un bouchon en liège. Il remarqua que les légumes ne changeaient ni d’aspect ni de goût, et se conservaient longtemps. La boîte de conserve était née ! Si elle a évolué au fil des ans, la technique de base reste aujourd’hui toujours la même.

 

Fabrication d’une boîte de conserve

La première étape de cette technique – que l’on appelle appertisation, en référence à son inventeur -, consiste à placer les denrées dans un conditionnement totalement étanche et stérile à toute contamination extérieure. Les emballages peuvent être en métal, en verre, en matière plastique, en complexe carton, etc.

Les aliments sont ensuite chauffés à une température supérieure à 100°C dans un autoclave, pendant une durée variable selon les aliments. Ils sont alors débarrassés de tous les micro-organismes, de la plupart des toxines ou enzymes susceptibles de les altérer ou de les rendre impropres à la consommation, et peuvent ainsi se conserver jusqu’à 5 ans.

Les devoirs des fabricants de conserves

Les fabricants ont l’obligation de respecter les process permettant une conservation des produits garantissant sa stabilité jusqu’à la DLUO (date limite d’utilisation optimale). Ils doivent maîtriser les barèmes de stérilisation (couple temps/température de l’enceinte validé pour un type de produit, conditionné dans un récipient donné, selon un poids défini et pour des caractéristiques d’autoclave déterminées). Ils doivent aussi s’assurer de la traçabilité de l’application de ces barèmes, de manière à pouvoir attester du respect des process de fabrication permettant une mise sur le marché de produits sains et sûrs.

Des tests de stabilité des conserves sont réalisés par les fabricants, dans le cadre de leurs auto-contrôles, pour vérifier que le barème de stérilisation qui est appliqué est suffisant. Les lots déclarés non conformes au test de stabilité doivent être détruits.

Le saviez-vous ? On produit, en France, plus de 3 milliards de boîtes de conserve par an !