Elèves assis en cercle dans l'herbe
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

17 mai 2022 Info +

Les initiatives de l’enseignement agricole pour lutter contre les discriminations homophobes, biphobes et transphobes

La lutte contre toute forme de violences, notamment celles liées au genre ou à l’orientation sexuelle, est une composante essentielle de l’éducation des citoyens de demain. Pour sensibiliser les élèves et les équipes pédagogiques à ces sujets, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et les établissements de l’enseignement agricole mettent en place de nombreuses actions.

Parmi ces actions figurent notamment celles-ci :

  • Au lycée agricole de Brette-les-Pins (Sarthe), une campagne d’affichage pour lutter contre les LGBT phobies est déployée. Des entretiens individuels sont également proposés aux élèves qui le souhaitent.
  • Depuis trois ans, l'association SOS Homophobie intervient auprès du lycée agricole La Ricarde, situé à l’Isle-sur-la-Sorgue (Provence-Alpes-Côte d'Azur). Deux journées de prévention sont prévues. Les élèves de 3e, 2nde et CAPA 1 (Certificat d'aptitude professionnelle agricole) y participeront, soit au total 73 élèves.
  • Au lycée horticole de Montravel, situé à Villars (Auvergne-Rhône-Alpes), deux enseignantes ainsi que l’infirmière de l'établissement ont participé à des formations en janvier et mars derniers auprès du planning familial de Firminy. L'objectif : accueillir et libérer la parole des élèves sur des comportements dont ils sont victimes ou des sujets qui les questionnent, concernant l'identité, l'orientation sexuelle. L'enseignante d'éducation socio-culturelle met également en place différents projets dans l'établissement : ateliers théâtre, approches artistiques par les arts plastiques pour travailler sur les représentations du corps et de l’intimité ainsi que sur les représentations de la sexualité, sur les choix... Enfin, le CDI a acquis de nombreux supports (romans, BD, jeux de plateau...) qui peuvent contribuer à favoriser la réflexion ou l’expression des élèves.

Un plan national contre les violences et les discriminations

Réussite scolaire, construction personnelle… Les effets des manifestations d’homophobie, de transphobie et de biphobie sont nombreux et peuvent avoir des conséquences dramatiques. La prévention de ces actes pénalement répréhensibles est primordiale pour assurer la sécurité des élèves et l’égalité des chances.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, via la direction générale de l’enseignement agricole et de la recherche, est pleinement impliqué dans cette démarche et déploie depuis 2017 le plan national pour l'enseignement agricole contre les violences et les discriminations. Ce plan d’action porte sur la prévention de la haine anti-LGBT+ et plus largement sur un accompagnement des jeunes LGBT+ dans leur parcours personnel, scolaire et professionnel, en vue de leurs réussites.

Afin de faire face à ces comportements LGBTphobes, chaque établissement d’enseignement scolaire peut mettre en œuvre conjointement des actions de prévention, un accompagnement des victimes et enfin, si nécessaire, des mesures de responsabilisation et de sanction envers les auteurs. Par ailleurs, chaque établissement peut procéder à une enquête de climat scolaire, sur la base du volontariat. Cet outil permet de diagnostiquer les situations de violences telles que l’homophobie dans l'établissement.

Film de prévention contre l’homophobie, guide d’accompagnement… Les équipes éducatives ont différents outils à leur disposition pour présenter aux élèves les principaux textes réglementaires en matière de lutte contre l’homophobie et la transphobie.

L’engagement du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation reconnu par la certification « Égalité/Diversité »

Obtenu en octobre 2020, le double label AFNOR certification « Égalité/Diversité » est un gage de l’implication collective de l’ensemble de la communauté de travail du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Ces deux labels reconnaissent les bonnes pratiques qui valorisent l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, tout comme la prévention des discriminations et le respect de la diversité. L’orientation sexuelle fait partie des 25 critères de discrimination définis par la loi.