23 mai 2022 Info +

Marc Fesneau, ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire

Marc Fesneau, marié et père de trois enfants, vit à Marchenoir, dans le Loir-et-Cher, depuis plus de 25 ans.

Après des études scientifiques (Sciences et Vie de la Terre), Marc Fesneau a fait le choix de quitter Paris, en 1995, pour revenir en Centre-Val de Loire, où sa famille a ses racines.

À 25 ans, il débute ainsi sa carrière professionnelle à la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, perpétuant ainsi le lien familial avec le milieu agricole. D’abord en charge des fonds européens, il devient ensuite directeur du service développement local.

En parallèle, il s’engage comme conseiller municipal. Réélu sans discontinuer depuis 1995, il est maire de la commune rurale de Marchenoir (700 habitants) entre 2008 et 2017 et en est toujours conseiller municipal.

En 2004, Marc Fesneau est élu président de la communauté de communes Beauce et Forêt (aujourd’hui Beauce-Val de Loire), dont il est toujours conseiller communautaire. De 2004 à 2010, il est également conseiller régional, et s’investit notamment sur les sujets d’aménagement du territoire, de ruralité et d’agriculture. Il est notamment à l’initiative de la création d’une filière bois-énergie en Loir-et-Cher.

Élu député et président du groupe MoDem en 2017 à l’Assemblée nationale, Marc Fesneau est nommé ministre des Relations avec le Parlement dans le gouvernement d’Édouard Philippe en octobre 2018. En juillet 2020, il est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne, dans le gouvernement de Jean Castex.

Il conduit la liste de la majorité présidentielle aux élections régionales de 2021 en Centre-Val de Loire. Il est élu conseiller régional et devient Président du groupe Centre, démocrate, républicain et citoyen.

Le 20 mai 2022, il est nommé ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, dans le gouvernement d’Élisabeth Borne.

Voir aussi