Comité interministériel de la mer 2019 : une ambition environnementale forte
11/12/2019
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
Ce lundi 9 décembre 2019, le Premier ministre a réuni à l'Hôtel de Matignon (Paris) le Comité interministériel de la mer (CIMer), chargé de fixer les orientations de l'action gouvernementale dans tous les domaines de l'activité maritime. Cette édition 2019 a été marquée par l'annonce de mesures concrètes en matière de protection du milieu marin, mais aussi concernant la pêche et l’aquaculture.

Moins d'une semaine après que le président de la République a présenté sa vision maritime pour la France devant les filières professionnelles réunies à Montpellier à l'occasion des Assises de l'économie de la mer, le Premier ministre a arrêté le programme de travail du Gouvernement dans les domaines de l'activité maritime lors du CIMer 2019.

Dans le prolongement du souhait d'Emmanuel Macron de « construire une voie qui réussisse à préserver nos océans tout en contribuant au développement harmonieux de nos sociétés », le Premier ministre a présenté 34 mesures pour atteindre quatre objectifs principaux :

  • protéger le milieu marin ;
  • bâtir l'économie maritime et portuaire du 21e siècle ;
  • assurer la sécurité et la sûreté en mer ;
  • améliorer notre connaissance de l'océan.

Le Premier ministre a notamment adopté un plan national de protection des cétacés (mesure n°3) qui prévoit notamment, dès l’année prochaine, l’obligation pour les engins de pêche d’être munis de dispositifs de dissuasion acoustique afin d’éviter les captures accidentelles dans le golfe de Gascogne.

En ce qui concerne les secteurs de la pêche et de l’aquaculture, des mesures ont également été annoncées pour :

  • soutenir le développement de l’exploitation des cultures marines (mesure n°13) ;
  • améliorer la visibilité et l’attractivité des métiers de la pêche (mesure n°15) ;
  • améliorer l’offre de formation maritime (mesure n°23) ;
  • améliorer la connaissance sur les stocks de pêche en Outre-mer (mesure n°25).

Enfin, le Premier ministre a adopté un programme prioritaire de recherche sur l’océan (mesure n°34), « Un océan de solutions », élaboré par le CNRS et l’Ifremer, et plus largement l’alliance AllEnvi, qui regroupe les établissements d’enseignement supérieur et de recherche investis dans la recherche sur l’environnement.

Le CIMer, une politique maritime concertée

Le Comité interministériel de la mer (CIMer) est le lieu privilégié de délibération du Gouvernement dans le domaine de la mer sous ses divers aspects nationaux et internationaux. Il permet de fixer les orientations gouvernementales dans l’ensemble des domaines de l’activité maritime.

Ce Comité, préparé par le Secrétariat général de la mer (SGMer), réunit périodiquement, sous la présidence du Premier ministre, tous les ministères qui traitent de questions maritimes, dont le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, en charge de la pêche et de l'aquaculture. Tous les acteurs du maritime sont impliqués dans la préparation des CIMer : des filières économiques de la mer aux associations et organisations non gouvernementales engagées pour la protection de l’environnement marin, en passant par les régions et les collectivités locales.

Le SGMer est un élément essentiel de la coordination de la politique maritime de la France. Inscrit et reconnu dans le paysage maritime public, il s’investit dans la réflexion prospective, l’élaboration d’une politique maritime française et renforce ses liens avec les instances internationales et européennes, notamment dans le cadre de l’élaboration de la Politique maritime intégrée (PMI).

À télécharger

Dossier de presse - Comité interministériel de la mer 2019 (PDF, 7.91 Mo)