État d’avancement du Plan national sur le bien-être animal 2016-2020
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
Le Plan national sur le bien-être animal 2016-2020 vise à replacer le bien-être animal au centre des pratiques d’élevage pour se diriger vers une activité plus durable. Cette stratégie globale comporte 20 actions réparties en 5 axes. L’une des actions de ce plan est de rendre publiques ces dernières avancées par la mise en place d'indicateurs de suivi des actions prioritaires (action 20).

Trente indicateurs de suivi des actions ont ainsi été élaborés, avec une valeur cible pour chacun de ces indicateurs. Une pastille colorée (rouge, orange, anis ou vert) a été attribuée à chacun des indicateurs pour suivre l’état d’avancement des 20 actions prioritaires année après année, allant de la couleur rouge, pour un état d’avancement faible, à la couleur verte, pour un état d’avancement élevé. Il est donc tout à fait normal de trouver majoritairement des pastilles rouges et oranges pour l’année 2016, année de lancement du Plan national bien-être animal. À terme, l’objectif est de compter un maximum de pastilles vertes à la fin du Plan national bien-être animal, soit d’ici la fin 2020.

Depuis la mise en place du Plan national bien-être animal 2016-2020, on constate des avancées encourageantes sur les différents axes :

Axe 1 : Innover

Axe 2 : Responsabiliser

  • Meilleure prise en compte du bien-être animal dans les plans de filières ;
  • Nombre croissant de guides professionnels et chartes de bonnes pratiques relatifs au bien-être animal ;
  • Création d’une plateforme dédiée à la formation et la cartographie des formations sur le bien-être animal.

Axe 3 : Pratiques d’élevage dans la gestion de la douleur

  • Augmentation du nombre de projets scientifiques relatifs aux alternatives aux pratiques douloureuses financés par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ;
  • Réflexion en cours sur la mise à disposition des analgésiques et anesthésiques locaux pour les éleveurs afin de mieux maîtriser la douleur de leurs animaux.

Axe 4 : Abattoirs

  • Augmentation du nombre d’abattoirs conformes au titre de la protection animale ;
  • Reconnaissance réglementaire de l’expérimentation de la vidéosurveillance en abattoir et de l’expérimentation de dispositifs d’abattoirs mobiles.

Axe 5 : Maltraitance

  • Augmentation du nombre de cellules départementales opérationnelles de prévention contre la maltraitance animale.

Axe 6 : Animaux de compagnie et de loisirs

  • Augmentation du nombre de campagnes de communication pour responsabiliser les propriétaires d’animaux de compagnie, notamment une campagne de communication sur les chiens errants dans les DOM.

Axe 7 : Communication

  • Augmentation du temps consacré par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation aux évènements européens et internationaux relatifs à la protection et au bien-être animal ;
  • Création d’un dossier dédié au bien-être animal sur le site internet du ministère (Alim’Agri) ;
  • Suivi annuel des avancées du plan national bien-être animal par la mise en place d’indicateurs.

Un suivi de l’état d’avancement de la stratégie globale est régulièrement réalisé par le comité d’experts BEA du CNOPSAV (Comité National d’Orientation de la Politique Animale et Végétale). À mi-chemin de ce plan, 93% des actions ont été engagées et 55% des indicateurs ont atteint leur valeur supérieure. Des efforts restent bien-sûr à poursuivre sur certains axes d’ici à la fin 2020 pour progresser sur les objectifs fixés dans cette première stratégie nationale, comme par exemple sur l’axe 1 où le nombre d’évènements Innov’action dédiés au bien-être animal organisés par les Chambres d’agriculture pourrait s’intensifier ; mais aussi par exemple sur l’axe 2, où la définition des modalités du mandatement des vétérinaires en protection animale reste à réaliser.

À télécharger

Plan national sur le bien-être animal : tableau de bord des indicateurs 2016-2020 (PDF, 83.42 Ko)

Voir aussi