Actualité en santé des forêts

La surveillance de la santé des forêts en France métropolitaine est réalisée par le réseau de professionnels de la forêt du Département de la santé des forêts (DSF).

FranceRelance : 30 millions € consacrés au renouvellement des forêts domaniales

Les forêts françaises doivent faire face à plusieurs crises, partout sur le territoire des dépérissements sont constatés, principalement liés à l'accélération du changement climatique. Pour lutter contre ces phénomènes, il faut adapter notre forêt aux évolutions du climat et la rendre plus résiliente. C’est tout l’enjeu du volet forêt bois du plan de Relance, qui consacre 30 millions d'euros à la reconstitution des forêts domaniales gérées par l'Office national des forêts (ONF).
16/03/2021
Info +

La Lettre du DSF : Bilan sylvo-sanitaire de l'année 2020

Cela en deviendrait presque une habitude : les étés sont désormais caniculaires et terriblement secs depuis 2018. Une pareille succession d’événements climatiques aussi puissants et néfastes est inédite, et il est très difficile à l’heure actuelle d’en évaluer complètement les conséquences futures pour les forêts… Dans le même temps, les organismes émergents se manifestent toujours avec vigueur : la chalarose, entrée en France en 2008 par la Franche-Comté, a désormais atteint les Pyrénées, la cécidomyie des aiguilles du douglas poursuit son extension vers le sud et l’encre pro-duit des ravages dans les châtaigneraies du nord-ouest de la France. Et quant aux organismes autochtones… les scolytes de l’épicéa sont là pour nous rappeler leur capacité de nuisance : on compte désormais 10 millions de m3 d’épicéas détruits depuis 2018, essentiellement dans les régions grand Est et Bourgogne Franche-Comté.
09/03/2021
Info +

Altération du bois d’épicéa commun par le fomes en France : analyse et synthèse des observations effectuées sur 337 placettes (2016-2019)

Le fomes est une maladie des résineux causée par le champignon basidiomycète Heterobasidion sp. qui provoque des pourritures racinaires et du bois de cœur ainsi que des dépérissements, des réductions de croissance et des mortalités disséminées ou en rond. Parmi les pourridiés racinaires, c’est une des maladies forestière les plus répandues dans le monde causant des pertes économiques considérables dans l’hémisphère nord.
12/02/2021
Info +

La santé des forêts de 1989 à 2020

Chaque année, le Département de la santé des forêts propose un panorama schématique de la santé des forêts à l'aide d'indicateurs choisis pour leur importance économique et spatiale pour mettre en perspective leurs évolutions spatiales et temporelles.
08/02/2021
Info +

Dépérissements de hêtres, point de situation en fin d'année en Bourgogne Franche-Comté et Grand-Est

Après le stress climatique exceptionnel de 2018, des dépérissements brutaux de hêtres adultes sont apparus dès le printemps 2019 dans les régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand-Est. Le DSF a mis en place un réseau de 30 placettes de hêtres adultes pour suivre l'état sanitaire des arbres dans le temps. Le réseau donne ses premiers résultats après 2 années de notation. Une étude AgroParisTech menée dans la zone marquée par les rougissement, complète le dispositif en apportant des éléments sur l'importance des dépérissements et les facteurs de vulnérabilité des peuplements touchés
18/12/2020
Info +

La surveillance de la santé des forêts c'est quoi ?

Le Département de la santé des forêts (DSF) est en charge de la surveillance sanitaire des forêts sur le territoire métropolitain. 250 forestiers de terrain parcours les 16 millions d'hectares de forêts avec leur expertise et leur savoir faire dans le domaine de la santé des forêts.
08/12/2020
Info +

Importants rougissements des mélèzes dans les Alpes du sud, à l'origine: Meria laricis, un pathogène des aiguilles du mélèze d’Europe

Après trois années de rougissement du mélézin lié à la tordeuse grise du mélèze, cette année 2020 a été marquée par un rougissement important d’origine cryptogamique lié à un pathogène appelé Meria laricis. Ce phénomène est souvent en lien avec la pluviométrie de la fin du printemps qui favorise la croissance de ce champignon. Des épisodes semblables avaient ainsi été observés en 2002 et en 2008. Ce rougissement de grande ampleur en surface et en intensité aura certainement peu d’impact sur ces forêts.
26/11/2020
Info +

Pages