#SIA2019 : les étudiants ingénieurs s’affrontent pour remporter le « Make IT Agri »
Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr
Créé en collaboration avec AgroParisTech pour encourager les innovations et répondre aux nouvelles contraintes du monde agricole, ce concours a vu s’affronter les étudiants des grandes écoles d’ingénieurs françaises. Après une étape de présélection, seules quelques équipes d’ingénieurs ont eu la chance de présenter leurs projets devant le jury du Make IT Agri. Découverte des 10 derniers finalistes…

Le concours Make IT Agri permet à des équipes de 2 à 6 futurs ingénieurs de proposer des idées d’innovations. Ceux qui ont passé l’étape de la présélection doivent ensuite réaliser une maquette de leur projet, pour espérer faire partie des lauréats. À la clé, une dotation financière pour les trois meilleures équipes.

Make IT Agri, organisé par une multitude d’acteurs du monde agricole et de l’ingénierie, dont AgroParisTech, cherche à remplir plusieurs objectifs :

  • répondre aux nouvelles contraintes du monde agricole ;
  • répondre à la demande sociétale, en matière de qualité ou de mode de culture ;
  • sensibiliser les étudiants contre le changement climatique ;
  • améliorer les pratiques agricoles ;
  • créer et inventer de nouveaux outils pour l’agriculture et/ou l’élevage.

En attendant la remise des prix en septembre 2019, découverte des inventions encore en lice :

GOpasture, le pâturage connecté

Cette invention de trois étudiantes de l’Institut Supérieur d’Agriculture de Lille propose une aide à la gestion du pâturage. Grâce à l’utilisation d’un parasol mobile et intelligent, l’utilisateur pourra adapter sa conduite du pâturage. L’intégration des conditions climatiques et des mesures de ressources fourragères permettra de faire un choix en fonction de la réalité.

Métha’Récolte, collecte des bio-déchets

Les unités de méthanisation agricole sont de plus en plus nombreuses sur le territoire. Grâce à cette équipe d’UniLasalle Beauvais, une application pourrait voir le jour pour mettre en lien les propriétaires de ces unités et les collectivités locales. L’application permettrait de développer des circuits de collecte des bio-déchets, comme les feuilles mortes ou les déchets alimentaires. La méthanisation de ces déchets serait un atout pour les collectivités, développant ainsi une nouvelle manière de traiter les déchets verts.

Phérodrone, une alternative aux pesticides

Les futurs ingénieurs de l’École Centrale de Lyon ont proposé une solution innovante pour réduire l’utilisation de pesticides. Des diffuseurs de phéromones seraient largués par un drone. En effet, la confusion sexuelle peut permettre d’éviter les pesticides puisqu’elle égare les insectes en utilisant des phéromones sexuelles.

Locapatur, le GPS en pâturage

La technologie est de plus en plus présente dans le monde agricole. C’est pourquoi, l’équipe de Montpellier SupAgro propose une solution adaptée aux animaux en pâturage. L’outil GPS « Locapatur » permettrait le suivi et la détermination des activités des animaux lorsqu’ils sont en pâturage. Accompagné d’une bibliothèque de fonctions, cet outil pourrait répondre aux attentes individuelles des éleveurs.

RedFal, « Recherche et Destruction des Frelons Asiatiques »

Pour vaincre le frelon asiatique, prédateur des abeilles domestiques, les cinq étudiants d’AgroParisTech propose un dispositif pour les abords des ruches. Avec un système d’impulsion lumineuse, les frelons asiatiques identifiés seraient neutralisés. 

AReMO, la technologie au service des agriculteurs

Pour limiter l’utilisation de produits phytosanitaires, les ingénieurs de l’ENSAM souhaitent réaliser un prototype. Leur objectif ? Favoriser l’individualisation des traitements, en les adaptant aux besoins de chaque exploitation. Ce projet cherche aussi à automatiser le désherbage des exploitations maraîchères.

Plain’Up, revaloriser les chemins ruraux

Les chemins ruraux et d’exploitations sont nombreux sur le territoire français. Les étudiants d’UniLasalle Beauvais ont tenu à leur apporter un second rôle. Puits de biodiversité, pièges à carbone ou capteurs d’eau, ils seront recensés sur une plate-forme collaborative. La mise en place d’une modélisation des zones permettra ensuite de répondre à chaque situation et de développer le projet le plus adéquat.

HexaPode, une caméra intelligente 

Ce projet de caméra intelligente permettrait de détecter et d’identifier les insectes présents sur une parcelle. Grâce à cette détection, la lutte contre les insectes ravageurs se fera de manière raisonnée. En effet, les traitements insecticides préventifs seraient remplacés par des traitements spécifiques et non nocifs pour la biodiversité. Cette équipe d’AgroParisTech propose ainsi un meilleur diagnostic des attaques.  

Varroameter, pour protéger les abeilles

Les « varroas », petits parasites, sont l’ennemi juré des abeilles, pouvant détruire des colonies entières. L’équipe de l’École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques de Besançon propose ainsi de développer une solution technique contre ce parasite.

Smart Power Grid, le partage d’électricité verte

Développé par l’ECE Paris, ce projet permet un partage d’électricité verte – produite par des agriculteurs – entre agriculteurs et particuliers. L’électricité achetée serait alors propre et 100% renouvelable. Pour ces étudiants, c’est l’occasion de consommer autrement de l’énergie, tout en permettant aux agriculteurs de développer leurs revenus.

Voir aussi