Élaboration d'un plan national de prévention et de gestion des conséquences des épisodes de canicule
01/12/2020
Bernard Vanhoye
Le CGAAER a été chargé d'améliorer l’efficacité et la résilience du dispositif national de « gestion des vagues de chaleur » tant pour le secteur de l’élevage que pour la filière équarrissage.

Crédit ci-après
Getty images
Rapport de mission d'expertise et de conseil n°20030

Décembre 2020

Mots-clés : canicule, vague de chaleur, élevage, volailles, porcins, bien-être animal, équarrissage, gestion de crise

Enjeux

Les vagues de chaleur estivales et les épisodes de canicule sont de plus en plus fréquents, précoces et intenses. Ils soumettent les animaux à des conditions d’inconfort encore plus critiques et mortifères dans les élevages à caractère industriel de volailles et de porcs. Malheureusement, les éleveurs n’ont pas encore tous intégré cette problématique, liée au réchauffement climatique, dans la prise en compte des besoins physiologiques et du bien-être de leurs animaux.

Ces vagues de chaleur génèrent une surmortalité importante lorsque les bâtiments d’élevage sont mal adaptés et à forte densité. Elles provoquent en conséquence des pics d’activité de la collecte des cadavres d’animaux que les sociétés d’équarrissage, aux capacités de traitement limitées, ne sont pas toujours en mesure d’absorber dans des conditions satisfaisantes.

Le CGAAER a été chargé d'améliorer l’efficacité et la résilience du dispositif national de « gestion des vagues de chaleur » tant pour le secteur de l’élevage que pour la filière de l'équarrissage.

Méthodologie

La mission a participé à deux réunions interministérielles organisées par le ministère de la transition écologique pour la préparation du plan national de gestion des vagues de chaleur.

Elle a consulté la documentation relative aux retours d'expérience (Retex) sur la gestion des conséquences des précédents épisodes de canicule sur les activités d’élevage et d’équarrissage.

Elle a participé aux visio-conférences de Retex portant sur la gestion des vagues de chaleur 2020 organisées par la DGAL, qui ont concerné séparément les quatre sociétés d’équarrissage, les ATM (associations Animaux Trouvés Morts), ainsi que les représentants des DD(CS)PP, DRAAF/SRAL (Service régional de l'alimentation) et des Chefs de mission défense et sécurité des zones les plus concernés.

Résumé

La prévention et la gestion des conséquences de futures vagues de chaleur sur la mortalité des animaux d’élevage et sur l’activité de la filière équarrissage doivent faire l’objet d’une meilleure préparation tant de la part des éleveurs et de leurs organisations professionnelles, que de celle des sociétés d’équarrissage et des pouvoirs publics.

La prise en compte du bien-être animal en élevage est apparue essentielle pour résoudre les principaux problèmes qui peuvent survenir lors de fortes vagues de chaleur. Sans une réponse adaptée aux besoins physiologiques des animaux d’élevage, le taux de mortalité peut être préoccupant. La rentabilité, voire la survie, de nombreuses exploitations agricoles est également menacée.

L’évaluation globale du dispositif de prévention et de gestion des conséquences d’épisodes de canicule a aussi permis de mettre en évidence une fragilité préoccupante de la filière équarrissage. Le problème de la résilience de cette filière se pose non seulement pour faire face à des épisodes climatiques mortifères mais également pour gérer au mieux des crises sanitaires majeures.

La mission a formulé sept recommandations qui portent sur :

  • les mesures de prévention en élevage : adaptation des bâtiments et de la conduite d’élevage aux changements climatiques, optimisation des aides de l’État et de l’Union européenne ;
  • la résilience de la filière équarrissage et l’amélioration de sa capacité à gérer des pics importants de surmortalité animale ;
  • la validation de solutions de stockage des cadavres d’animaux en élevages en attente de collecte, et la finalisation des possibles solutions de délestage pour les sociétés d’équarrissage ;
  • le renforcement des moyens humains et informatiques du ministère en matière de prévention et de gestion des crises climatiques et sanitaires ;
  • l’optimisation des densités d’animaux dans les élevages à caractère industriel ;
  • l’exhaustivité des déclarations des surmortalités en élevages et l’optimisation de leur exploitation dans le cadre du dispositif d’épidémiosurveillance des maladies animales,
  • la sécurisation législative et technique de la solution ultime de recours à l’enfouissement des cadavres d’animaux en exploitation agricole.

Des plans zonaux de gestion des vagues de chaleur dans le secteur de l’élevage et la filière équarrissage ont été élaborés. Il reste à les finaliser et à les décliner localement, en région et en département.

La mobilisation des éleveurs et de leurs organisations professionnelles, notamment les chambres d’agriculture et les groupements de producteurs, est indispensable pour prévenir les surmortalités en élevage grâce à une meilleure prise en compte du bien-être animal en été.

À télécharger

Voir aussi