La perception de l’agro-écologie par les agriculteurs français
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
BVA a réalisé en janvier 2015 une enquête sur la perception de l'agro-écologie auprès des agriculteurs français. Elle établit qu’un agriculteur sur deux déclare avoir entendu parler de l’agro-écologie, double ou triple performance.

Une enquête BVA réalisée en janvier 2015 pour le ministère de l’agriculture auprès 655 agriculteurs constituant un échantillon représentatif des 311.106 agriculteurs professionnels français établit qu’un agriculteur sur deux déclare avoir entendu parler de l’agro-écologie, double ou triple performance.

Les principaux enseignements de ce sondage :

6 démarches - en lien avec l’agro écologie- ont été présentées aux agriculteurs.

  • 93%déclarent avoir mis en place au moins une de ces 6 démarches et 72%à s’être engagés dans au moins 3 : limiter les intrants (76% ), améliorer la qualité des sols et limiter l’érosion (71% ) sont les démarches les plus citées comme mises en application. Les démarches visant à la préservation des ressources en eau et celles favorisant le rôle de la faune auxiliaire arrivent ensuite avec respectivement 62%et 51%des agriculteurs qui déclarent les mettre en œuvre.
  • 2 agriculteurs sur trois ont recours à des échanges d’expériences et/ou des démarches collectives pour mettre en place ces démarches. Ils sont 40%à déclarer appliquer également des pratiques agricoles innovantes ou qui ne se font pas couramment comme par exemple le bio-contrôle, association de plusieurs cultures, le maintien et la plantation des haies,l’ introduction de légumineuses, l’agroforesterie, etc

Les agriculteurs connaissent-ils l’agro-écologie ?

  • Le sondage établit qu’un agriculteur sur deux déclare avoir entendu parler de l’agro-écologie, double ou triple performance. La presse spécialisée en a été le principal support d’information.
  • 45%des agriculteurs qui ont entendu parler de l’agro–écologie se disent intéressés par cette démarche.
  • Qu’ils en aient entendu parler ou non, 45%des agriculteurs français ont le sentiment d’être déjà engagés dans ce type de démarche. 13%envisagent de le faire dans les 5 prochaines années. Les moins de 35 ans sont deux fois plus nombreux à avoir cette intention.