Où en est l'égalité femmes / hommes dans les métiers de l'agriculture, de la forêt et de la pêche ?

Ce vendredi 28 février, six femmes sont venues sur le stand du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation témoigner de leur parcours professionnel dans des milieux traditionnellement masculins. ​

Claudine Josso, à la tête de la scierie Josso du Roc Saint-André, dans le Morbihan, explique qu'« il y encore beaucoup trop peu de femmes dans les métiers de la forêt, mais que cela peut changer rapidement avec les progrès des outils qui rendent le travail accessible à toutes. On dans une féminisation progressive des métiers dans la scierie ».

« Aujourd'hui, les matériels s'adaptent, il n'y a plus la question de la condition physique », souligne également Céline Druesne, directrice d’exploitation du lycée agricole de Le Quesnoy (Nord). « Travail administratif, transformation, travail dans les champs... La répartition des tâches selon les sexes s'effacent. »

Ondine Morin, marin-pêcheur à la ligne avec son époux au large de l'île d'Ouessant, rappelle que seulement 2% des femmes sont pêcheurs. « Cela reste un métier très physique. Une femme à bord ne remplace pas un homme, mais elle fait autre chose. Je pêche moins en force, je développe une technique plus en finesse, tout en étant dans une logique de rendement pour que notre entreprise soit viable. »

« Mes parents sont éleveurs », explique Adeline Singer, technicienne vétérinaire en abattoir. « Ce qui fait que je n'avais pas d'appréhension pour travailler en abattoir. Dans notre équipe nous sommes trois femmes et quatre hommes, et je constate que de plus en plus de femmes postulent sur les chaînes d'abattage. »

Béatrice Vianney-Galvani, déléguée générale de l'association « 100 000 entrepreneurs », constate que les femmes ont un désir de perfection et se sentent moins en confiance que les hommes. « Notre association a pour ambition de donner aux jeunes de 14 à 25 ans le goût d'entreprendre. Nous intervenons dans des classes, et des lycées agricoles, où témoignent des cheffes et chefs d'entreprise. » 

« Chez Damman Frères, il y a 55% de femme cadres », a précisé Erika Le Noan, présidente de Damman Frères.

Le ministère candidat au label égalité/diversité

« Ces exemples montrent bien tout l'enjeu de la politique pour l'égalité entre les femmes et les hommes afin de lever les freins », conclue Françoise Liébert, haute fonctionnaire en charge de l’égalité des droits femmes-hommes et de la diversité.

Déclarée « Grande Cause du Quinquennat », l'égalité entre les femmes et les hommes, de même que la diversité, sont des enjeux de société forts. Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation se mobilise depuis plusieurs années pour faire avancer cette cause dans les politiques publiques qu'il porte. Dans son fonctionnement interne, le ministère s’est engagé dans une démarche d’obtention du double label égalité/diversité, décerné par l'AFNOR.