Insertion professionnelle : se faire une place sur le marché du travail
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
Trois ans après l’obtention de leur diplôme, 58% des diplômés du CAP agricole, 66% des bacheliers et 54% des titulaires du BTSA sont entrés dans la vie active. En préparant à plus de 200 métiers, l'enseignement agricole offre des taux d'insertion professionnel remarquables.

L'insertion professionnelle dépend de plusieurs facteurs : le niveau de diplôme, la spécialité de formation, le genre et la voie de formation. Plus le niveau de diplôme est élevé, meilleure est l’insertion professionnelle. Parmi les diplômés entrés dans la vie active, 76% des titulaires d’un CAP agricole, 82% des bacheliers et 90% des diplômés du BTSA sont en emploi trois ans après l’obtention de leur diplôme.

Que ce soit pour le CAP agricole, le baccalauréat professionnel agricole ou le BTSA, les différentes spécialités proposées forment à des professions variées, dont certaines sont particulièrement porteuses d’emploi. Le Taux net d’emploi (TNE) est particulièrement élevé pour les diplômés du BTSA Productions animales (95%) et Technico-commercial (93%) ainsi que pour les diplômés du Baccalauréat professionnel agricole Conduite et gestion de l’exploitation agricole – Système à dominante cultures (93%) et Agroéquipement (91%).

Au-delà de sa mission de formation, l’établissement participe à la mise en oeuvre d’une stratégie pour favoriser l’installation des jeunes en agriculture sur le territoire. « Nous proposons deux espaces-test en maraîchage bio et un troisième en élevage volaille est à venir. Le principe : développer une activité agricole de manière responsable et autonome, en grandeur réelle, sur une durée limitée et dans un cadre qui réduit la prise de risque. Ces espaces-test permettent aux jeunes d’évaluer leur capacité à mener à bien leur projet afin de décider de sa poursuite, de son ajustement ou de son abandon. Nous travaillons également à un projet de création de micro-entreprise pour préparer les élèves en classe de terminale à entrer dans la vie professionnelle ». Christian, Directeur - Lycée agricole Provence Verte (83)

Travailler dans l’agroalimentaire ? Trop peu de jeunes y pensent !

Production, vente, maintenance, contrôle qualité, du CAP agricole au BTSA, en passant par le bac professionnel jusqu’aux écoles d'ingénieurs, l’enseignement agricole propose de nombreuses formations, dont la plupart peuvent être préparées en apprentissage, avec un taux d’insertion professionnelle de 85% en moyenne.

L’agroalimentaire est le 1er secteur industriel français par le chiffre d’affaires et en nombre d’emplois. Avec 400 000 salariés, il offre de nombreux débouchés, particulièrement dans la fabrication et le conditionnement de produits. Les grands groupes y côtoient une multitude de petites structures. Plus de 95% des entreprises sont des PME dispersées dans toute la France, en particulier dans les zones rurales, près des sources d’approvisionnement.

Agroéquipement, des compétences très recherchées

Les tracteurs sont devenus des machines sophistiquées, à la technologie performante. Du métier de mécanicien à celui d’hydraulicien, en passant par l’électronique, le commerce ou la conduite, le secteur des agroéquipements présente toute une palette de métiers. Pour entretenir et réparer les divers matériels agricoles ou les équipements d'élevage, bardés de technologie et d’électronique, le technicien en agroéquipements se doit d’être polyvalent et très qualifié. Il peut évoluer vers un poste de chef d’atelier, de vendeur-conseil en matériel agricole dans un point de vente ou se spécialiser sur un type particulier de maintenance. La demande de recrutement est forte et la voie prometteuse, quel que soit le diplôme visé, un baccalauréat professionnel ou un BTSA.

Guillaume décide de se réorienter vers un certificat de spécialisation conduite et maintenance des matériels agricoles, après une première expérience professionnelle. Puis il enchaîne avec un BTSA Technico-commercial option agro-fournitures et une licence management des équipes commerciales des organismes agricoles. « Très rapidement après mes premières démarches, j’ai eu cinq propositions d’embauche ! Je pense que ma formation par apprentissage y est certainement pour quelque chose ». Guillaume, commercial en agroéquipement.


Découvrez l'ensemble des formations de l'enseignement agricole sur educagri.fr.