Étiquetage nutritionnel : le « Nutri-Score » se développe en France et en Europe

Un logo en 5 lettres A,B,C,D,E avec une échelle de 5 couleurs, du vert foncé au orange foncé... c'est le Nutri-Score. Ses objectifs ? Faciliter l'information du consommateur sur la qualité nutritionnelle avec ce logo qui peut être apposé sur les aliments transformés et encourager les entreprises agroalimentaire à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs produits pour avoir un meilleur score.

Comment le Nutri-Score est-il attribué ?

Pour 100 grammes de produit, la teneur en nutriments et les aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coque et huiles de colza, noix et olive) et la teneur en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel) sont pris en compte.

Ainsi, la lettre A de couleur verte permet d’identifier les produits ayant le meilleur profil nutritionnel. À l'opposé, la lettre E, en orange foncé, concerne les produits de mauvaise qualité nutritionnelle.

Le Nutri-Score a été conçu par Santé Publique France en s'appuyant sur les travaux de l'équipe du Professeur Serge Hercberg (Université Paris 13), les expertises de l'Anses et du Haut Conseil de Santé Publique. En France, depuis 2017, cet étiquetage peut être apposé en face avant des produits, mais il reste facultatif et repose sur le volontariat des entreprises agroalimentaires.

En 2019, plus de 200 entreprises sont engagées en faveur du Nutri-Score. Les analyses de l'Observatoire de l'alimentation (Oqali), qui est chargé du suivi du déploiement du Nutri-Score, ont montré que ces entreprises représentaient environ un quart des ventes d'aliments transformés.

De plus, le logo est largement plébiscité :  86% des Français identifient bien que le Nutri-Score permet de qualifier la qualité nutritionnelle des produits et 90% se disent favorables au Nutri-Score.

Le Programme National de l'Alimentation et de la Nutrition (PNAN) prévoit des actions spécifiques concernant le Nutri-Score : son extension à la restauration collective et commerciale et aux produits en vrac, et sa promotion au niveau international, en lien avec la volonté du Gouvernement de le rendre obligatoire au niveau européen.

De nombreux pays européens se sont récemment engagés en faveur du Nutri-Score : la Belgique et la Suisse l’utilisent déjà quand l’Allemagne, l’Espagne et les Pays-Bas ont annoncé officiellement leur volonté d’adopter ce système.

Le logo Nutri-Score peut être apposé sur tous les aliments transformés,
exceptés les herbes aromatiques, le thé, le café et les levures.