Réduire de 50% les pertes et gaspillages alimentaires d'ici 2025
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

En 2016, la France est le premier pays au monde à se doter d'une législation aussi forte contre le gaspillage alimentaire. Dans le sillage de la loi, plusieurs milliers d'associations habilitées par l'État et plusieurs start-ups et entreprises spécialisées dans la gestion des invendus alimentaires, ont organisé au côté des distributeurs, les opérations de récupération des invendus. En 2018, la France franchit une nouvelle étape. La loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable étend le dispositif à la restauration collective et à l’industrie agroalimentaire qui devront, elles aussi, proposer leurs invendus au don alimentaire.

Crédit ci-après

Hop Hop Food, l'application antigaspi et solidaire

Un départ en vacances, trop de courses dans le frigo qui vont bientôt se périmer… Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, l'association Hop Hop Food a trouvé une solution : favoriser les dons alimentaires entre particuliers. Son application gratuite, disponible sur smartphone et en ligne, permet aux particuliers de poster des annonces et photos des aliments qu'ils ne vont pas consommer, et de les céder gratuitement.

Deux autres modalités de dons sont également possibles :

  • Des garde-mangers solidaires (Paris, Bordeaux) où l'on dépose des produits alimentaires ;
  • Un réseau de « cigognes citoyennes » qui collecte des produits auprès des clients de supermarchés partenaires.

Crédit ci-après
Too Good To Go, la valorisation des invendus

Acheter des paniers surprises composés des invendus du jour : c'est le principe de l'application Too Good To Go. Depuis 2016, la plateforme antigaspi française répertorie les denrées des commerçants et propose de les acheter à prix réduit. « J'ai commencé à utiliser l'appli depuis qu'elle s'est développée dans ma toute petite ville de province », raconte Amélie, âgée de 26 ans. « Depuis, il ne se passe pas une semaine sans que je vienne chercher un panier à la boulangerie ou dans une grande surface. On découvre des produits que l'on n'aurait pas forcément achetés de soi-même. Je n'y vois que des avantages : écologique d'abord, mais aussi économique et gustatif ! »

La vente en vrac gagne du terrain

Crédit ci-après
Pâtes, céréales, alimentation animale, mais aussi produits d'hygiène et d'entretiens… Depuis une dizaine d'années, le vrac séduit de plus en plus de Français. De nombreuses enseignes spécialisées fleurissent dans l'Hexagone et s'inscrivent dans cette logique du zéro déchet. Même la grande distribution se convertit progressivement : certains produits sont en vente à la pesée, en libre service. Les clients apportent leurs propres contenants recyclables (boîtes en verre, sacs en tissus, bouteilles) ou bien en achètent sur place. En plus de réduire les emballages jetables en plastique, cette alternative écologique et économique permet d'acheter les quantités désirées, participant ainsi à la lutte contre le gaspillage alimentaire.