Crédit ci-après
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

14 octobre 2022 Info +

« Plaisir à la cantine », un programme pour les collégiens... mais pas que

La restauration scolaire, avec plus de 1,1 milliard de repas par an, représente un véritable enjeu éducatif dans tous ses aspects tant alimentaires, sociaux, culturels, économiques, réglementaires que de santé.

Le programme « Plaisir à la Cantine » (PALC) est inscrit depuis 2010 dans le Programme national pour l'alimentation (PNA). Il est une illustration d’une politique publique alimentaire, éducative et de santé concertée et partagée. Ce programme a été adapté au fil du temps, pour être aujourd’hui plus largement décliné afin de cibler d’autres publics.

Objectifs

Le programme « Plaisir à la Cantine » poursuit quatre objectifs principaux :

  • Ré-enchanter le restaurant scolaire en agissant sur l’offre alimentaire pour la rendre plus attractive, tout en garantissant le respect de la réglementation relative à la qualité des repas servis ;
     
  • Redonner du sens à l’acte alimentaire en reliant la dimension nutritionnelle aux aspects de goût, de sociabilité et de « ritualité » alimentaire ;
     
  • Restaurer une complicité entre l’aliment, celui qui le produit, celui qui le cuisine et celui qui le mange ;
     
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire.

Mise en œuvre

Dans cette perspective, « Plaisir à la Cantine » a été conçu comme un dispositif complet d’accompagnement valorisant le temps du repas au sein des établissements. Il a été pensé initialement pour les collèges. Il se compose d’un programme de formation qui s'adresse à l’ensemble des acteurs impliqués dans la restauration scolaire des collèges : principaux, gestionnaires, conseillers principaux d’éducation, cuisiniers et équipes de cuisine, parents d’élèves, infirmiers scolaires. Il s'articule autour de 7 modules, représentant une dizaine de jours de formations programmés dans l’année scolaire.

La lutte contre le gaspillage alimentaire et l’approvisionnement en produits locaux sont abordés de manière transversale dans chaque module. Des ateliers pratiques sont proposés pour faire découvrir les « coulisses de la cantine » aux élèves, l’objectif étant de consolider ou de renforcer le lien usagers/professionnels de la restauration scolaire.

Ce sont le plus souvent les DRAAF (direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) qui appuient et/ou coordonnent la mise en place du dispositif.

  • Plaisir à la Cantine (PALC) AU PRIMAIRE

    Guingamp-Paimpol Agglomération (regroupant 15 communes) a été retenue par la DRAAF Bretagne et l’Agence régionale de santé (ARS) Bretagne pour être un territoire expérimental du dispositif « Plaisir à la Cantine au primaire ». En effet, le territoire étant à fois acteur d’un Contrat Local de Santé (CLS) et d’un Projet Alimentaire Territorial (PAT), la dynamique est particulièrement favorable à cette initiative. Ce projet s’adresse aux écoles primaires de ce territoire.

    Le programme s’organise autour de 6 modules et d’une journée d’échange de pratique et de retour d’expérience. L’expérimentation se terminera fin 2022.

    PALC en EHPAD : « Nourrir ses Plaisirs (NSP) »

    Nourrir ses Plaisirs (NSP) en EHPAD est un action retenue dans le cadre de l’appel à projet du PNA 2019/2020 sur le volet « essaimage ». Il s’inspire de l’expérience du dispositif « Plaisir à la Cantine » et propose de décliner un programme d’accompagnement des services de restauration des établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes. L’objectif est également de « ré-enchanter » la restauration et de recréer du lien entre celui qui cuisine et celui qui mange.

    Le temps des repas constitue un moment privilégié et essentiel de plaisir, de sociabilité et de convivialité, en particulier pour les personnes âgées fragiles résidant en établissements d’hébergement. PALC en EHPAD répond donc à des enjeux pluriels concernant les personnes âgées.

    L’expérimentation a lieu dans quatre EHPAD en Auvergne-Rhône-Alpes, mais est aussi testé dans la région Grand-Est. Le bilan des mises en œuvre se fera en 2023.