Les chiffres clés de la Haute Valeur Environnementale (HVE)

La Haute Valeur Environnementale correspond au troisième niveau, le plus élevé, de la certification environnementale des exploitations agricoles. Cette certification d’exploitation est une démarche volontaire, accessible à toutes les filières et construite autour de quatre thématiques environnementales : la protection de la biodiversité, la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, la gestion de la fertilisation et la gestion de la ressource en eau.

La certification environnementale est conçue selon trois niveaux de progression environnementale et le niveau 3, ou Haute Valeur Environnementale (HVE), s’appuie sur des obligations de résultats mesurées par des indicateurs de performances environnementales.

La Haute Valeur Environnementale en chiffres

La certification des exploitations agricoles au niveau 3 de la certification environnementale a poursuivi son développement au cours du 2nd semestre 2021. En effet, le nombre d’exploitations certifiées HVE a augmenté de 29 % en six mois pour atteindre 24 827 exploitations au 1er janvier 2022. Le rythme des certifications ne semble pas ralentir puisqu’en un an, le nombre d’exploitations agricoles certifiées HVE a progressé de 73 % (+ 10 500 exploitations environ depuis le 1er janvier 2021).

Au 1er janvier 2022, les exploitations certifiées HVE représentent environ 6,4 % des exploitations agricoles françaises et couvrent au moins 1,17 million d’hectares, soit environ 4,4 % de la surface agricole utile (SAU) française.

Évolution du nombre d’exploitations agricoles certifiées Haute Valeur Environnementale

Evolution du nombre d'exploitations agricole certifiées Haute Valeur Environnementale

La certification Haute Valeur Environnementale a connu un essor notable en Occitanie au 2nd semestre 2021 ; cette région est ainsi devenue la 1ère région HVE, regroupant 24 % des exploitations certifiées HVE au 1er janvier 2022. Elle détrône ainsi la Nouvelle-Aquitaine, qui regroupe désormais 20 % des exploitations (  3 points par rapport au 1er juillet 2021), comme la région Grand Est.

Nombre d'exploitations certifiées Haute Valeur Environnementale par département

Nombre d'exploitations certifiées Haute Valeur Environnementale par département

  • La voie A et la certification dans un cadre collectif sont plébiscitées

Les exploitations tendent à préférer la voie A pour se faire certifier HVE, aux dépens de la voie B. Celle-ci n’a été choisie que par 11 % des exploitations certifiées à date du 1er janvier 2022, alors qu’elle représentait près de 29 % des certifications entre 2018 et 2020.

Certaines filières sont plus tournées vers la voie B que la moyenne des exploitations certifiées : si l’on considère l’activité principale des exploitations, 34 % des exploitations arboricoles et 25 % des exploitations horticoles avaient choisi la voie B au 1er janvier 2022. À l’opposé, les exploitations polyculture-élevage (3 %) et spécialisées élevage (4 %) plébiscitent la voie A.

La certification gérée dans un cadre collectif s’est développée à partir du 2nd semestre 2018, la part de ces certifications passant de 17 % à 64 % en deux ans et demi. Depuis, le ratio est resté relativement stable et au 1er janvier 2022, deux tiers des exploitations étaient engagées dans la Haute Valeur Environnementale dans un cadre collectif.

Certaines régions sont particulièrement concernées par la gestion collective : c’est le cas de la Nouvelle-Aquitaine (83 % des certifications) mais également de l’Occitanie (70 %) et de la Bretagne (68 %). Au contraire, la certification individuelle reste encore majoritaire en Normandie (65 %), en Centre-Val-de-Loire (55 %), en Hauts-de-France (52 %) et en Île-de-France (52 %).

  • La certification s’ouvre à de plus en plus de filières

En se basant uniquement sur l’activité principale des exploitations agricoles certifiées HVE, on constate que les exploitations viticoles représentent toujours la majorité des certifiées : 74 % au 1er janvier 2022. Toutefois, cette proportion tend à décroître : elle était de 80 % un an auparavant et de 93 % il y a seulement 4 ans.

Ce sont les exploitations de grandes cultures qui affichent le plus fort développement des certifications : elles comptent pour 7,8 % des exploitations certifiées HVE au 1er janvier 2022, soit presque deux fois plus qu’au 1er juillet 2020. Parmi les autres productions végétales, les tendances croissantes observées jusqu’en juillet 2021 en arboriculture et en maraichage ont marqué le pas au 2nd semestre 2021.

Nombre d'exploitations certifiées HVE par filière (production principale de l’exploitation - On définit la production principale en fonction de la part relative du chiffre d’affaires de chaque activité)

Nombre d'exploitations certifiées HVE par filière

Les certifications des exploitations polyculture-élevage ne cessent de progresser depuis juillet 2020. Elles comptent désormais pour 7,5 % des exploitations certifiées HVE, dont 4,1 % pour les seules exploitations polyculture-bovins viande. Les exploitations spécialisées élevage sont encore peu nombreuses : elles représentent 1,4 % du total, une proportion qui a tout de même augmenté de 1,1 point en six mois.

Parmi les exploitations d’élevage engagées dans la Haute Valeur Environnementale, 90 % sont des élevages de ruminants, principalement bovins viande (55 %) et bovins lait (21 %), et dans une moindre mesure ovins (12 %) et caprins (2 %). Les exploitations de volailles et porcins semblent avoir plus de mal à s’engager dans cette démarche : elles représentent respectivement 4,3 % et 1,9 % des exploitations certifiées ayant une activité d’élevage.

  • La Haute Valeur Environnementale se combine à d’autres démarches de qualité

Au 1er janvier 2022, 44 % des exploitations certifiées HVE sont déjà engagées dans une autre démarche qualité, majoritairement un SIQO. L’engagement dans des démarches AOP-AOC est le cas le plus répandu (78 %). Il concerne surtout des exploitations viticoles (91 %). Un peu moins de 10 % des exploitations engagées dans une autre démarche sont en agriculture biologique. Les exploitations viticoles représentent 48 % de ces exploitations, devant les exploitations de polyculture-élevage (18 %), d’arboriculture (13 %) et de grandes cultures (12 %). Les exploitations déjà engagées dans des démarches IGP comptent pour un peu moins de 8 %. Les deux tiers sont des exploitations viticoles et les exploitations de polyculture-élevage rassemblent 12 % des effectifs. Le Label Rouge est la 4e démarche qui se distingue : elle regroupe 4,1 % des exploitations engagées dans une autre démarche de qualité. Ces exploitations sont d’abord en grandes cultures (38 %), puis en polyculture-élevage (28 %) et enfin spécialisées bovins viande (20 %).

Ces chiffres illustrent l'engagement d'un nombre croissant d’agriculteurs et d’agricultrices, toutes filières confondues, dans la transition écologique et confirment l’engouement pour le dispositif. Le Gouvernement avait fixé des objectifs chiffrés dans son plan Biodiversité avec 15 000 exploitations certifiées de Haute Valeur Environnementale en 2022 et 50 000 en 2030.