Colloque sur le goût, la santé et le développement territorial durable
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
L'UNESCO, la FAO et le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, ont organisé conjointement le 22 mars 2019, dans les locaux de l'UNESCO à Paris, un colloque international intitulé « Le goût au service de la santé des consommateurs et du développement territorial durable ».

Ce colloque de haut niveau a été ouvert par la directrice générale de l'Unesco, Mme Audrey Azoulay, le directeur général de la FAO, M. José Graziano Da Silva, et le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, M. Didier Guillaume. À cette occasion, Audrey Azoulay, José Graziano Da Silva, Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères, ont mis en lumière le rôle de la culture gastronomique et de l'éducation au goût pour favoriser une alimentation durable et responsable répondant aux enjeux du développement des territoires, et ont appellé les chefs à être des acteurs du changement.

Audrey Azoulay a indiqué en introduction : « Se nourrir est depuis l’aube des temps, une dimension essentielle des échanges humains, une activité économique majeure, et le socle de l’organisation des sociétés. Cet héritage se transmet de générations en générations et se partage aussi au gré des rencontres entre les communautés. Il tisse les liens à l’échelle d’une société et accroît la curiosité interculturelle entre les pays. »

José Graziano da Silva a rappelé que 821 millions de personnes dans le monde souffrent de dénutrition alors que dans le même temps l’obésité progresse plus rapidement au niveau mondial que la faim. « Face à la hausse de l’obésité, nos systèmes alimentaires doivent changer ; ils doivent dépasser la notion d’alimentation pour se réorienter vers celle de nourrir la population avec des aliments sains et nutritifs. Nous avons besoin de politiques et de réglementations dans ce sens et nous devons également travailler à éduquer la population et l’inciter à adopter un régime alimentaire sain ».

Didier Guillaume a mis l'accent sur la politique nationale de l'alimentation qui repose sur une approche globale et positive de l'alimentation, fondée sur l'équilibre et la qualité, et qui prend en compte les dimensions éducatives et sociales, la culture et les savoirs faire. Il a rappelé sa volonté d'engager les systèmes alimentaires dans la transition écologique et de permettre aux agriculteurs de vivre de leur travail, point essentiel pour renforcer l'attractivité des métiers agricoles et dynamiser les zones rurales.

Le colloque a réuni lors d'une table ronde animée par le journaliste François Régis Gaudry des représentants de la recherche (Claude Fischler, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, et Sylvie Issanchou, chercheur INRA et directrice adjointe des sciences du goût et de l'alimentation), du monde associatif (Nathalie Politzer, directrice de l'Institut du goût, et Jacques Bailet, président de la fédération française des Banques alimentaires), du monde agricole (Yvon Bochet, président de l'union des producteurs du Beaufort), des collectivités locales (Jean Claude Lemasson, vice-président en charge de l'agriculture, Nantes Métropole) et de la gastronomie (Alessandra Montagne, cheffe du restaurant Tempero).

Chacun a pu illustrer de manière très concrète les actions engagées sur le terrain pour accélérer la transition vers des systèmes alimentaires plus durables, respectueux du climat et de la biodiversité, lutter contre le gaspillage alimentaire, valoriser et préserver les cultures et les traditions alimentaires, les savoir-faire, et les produits typiques et de qualité, pour favoriser l'accès à une nourriture diversifiée et nutritive.

L'importance de l'éducation, en particulier de l'éducation au goût des enfants, et de la sensibilisation des consommateurs a également été soulignée.

L'événement a montré que les Chefs ont un rôle important à jouer auprès de l'opinion publique, les médias et le secteur privé pour orienter les pratiques culinaires du plus grand nombre vers des produits sains et bon marché, et une cuisine savoureuse et nutritive.

Le chef Alain Ducasse et l'ambassadeur Faure, missionnés par le président de la République pour créer le « Paris Food Forum » à Paris en 2020 ont confirmé que les chefs étaient engagés pour relever ces défis.

Jean-Baptiste Lemoyne a souligné que l'organisation en 2020 du Paris Food Forum témoigne de l'importance que la France accorde à l'alimentation, à notre patrimoine gastronomique, et à la capacité du secteur à innover. Il a également souligné « un visiteur sur trois déclare choisir la France pour sa gastronomie. Notre gastronomie, puissant vecteur de rayonnement et précieux atout économique, nous permet de soutenir nos exportations dans le secteur agro-alimentaire, mais aussi de valoriser la Destination France, de promouvoir nos pays, leurs territoires et leurs terroirs, bref de mettre en valeur la diversité française (produits, savoir-faire, etc…) ».

Cet événement s'est tenu dans le cadre de la semaine « Goût de France » 2019.

À télécharger

Programme du colloque "Le goût au service de la santé des consommateurs et du développement territorial durable" (PDF, 2.14 Mo)