Agriloops : produire des gambas dans le respect de l’environnement
Agriloops

Après une période de tests dans leur ferme pilote à AgroCampus Ouest, deux jeunes ingénieurs agronomes prévoient de construire d'ici fin 2020 leur ferme aquacole pour produire gambas et salades grâce au système de l’aquaponie en eau salée. Rencontre avec Jérémie Cognard, cofondateur de la start-up Agriloops.

Comment vous est venue l’idée d’Agriloops ?

Avec Romain Vandame, on s’est rencontré en prépa, puis on a choisi des spécialités différentes à Agrocampus Ouest. Romain s’est orienté vers les sciences de l’aquaculture et les produits de la mer, et moi vers la protection des plantes. On a toujours échangé sur notre vision de l’agriculture et les nouveaux modes de productions respectueux de l’environnement, et l’idée d’Agriloops a commencé à germer. Le fait de ne pas avoir eu exactement le même parcours est une force. On est complémentaires et il y a toujours deux expertises.

Pourquoi la production de crevettes ?

On s’est intéressé à la production de crevettes car c’est un produit à forte valeur ajoutée. Mais aujourd’hui sa production a un fort impact environnemental. On estime que 1,5 million d'hectares de mangroves ont été détruits par la crevetticulture en Asie du Sud-Est et en Amérique Centrale. C’est pourquoi, notre projet c’est « des gambas élevées en France dans le respect de l’environnement, aucune congélation, du goût et un objectif zéro antibiotique ».

Quelle est votre innovation ? En quoi l’aquaponie est un exemple de l’économie circulaire ?

On utilise les rejets des poissons et des crustacés comme fertilisants pour notre production maraîchère. Finalement, on s’inspire d’une technologie ancienne en l’adaptant aux demandes et problématiques actuelles grâce à de nouvelles techniques. L’Aquaponie nous permet de réduire de 90% notre utilisation d’eau. Notre innovation, c’est que pour la première fois, nous avons créé un système d’aquaponie en eau salée.

Quels ont été vos soutiens pour lancer Agriloops ?

Dès le début, nous avons créé un réseau de personnes avec des compétences que nous n’avions pas, comme celles de management, de création d’entreprise, etc.  Nous avons eu rapidement le soutien du FoodInn Lab d’AgroParisTech pour notre première phase de tests, de l’incubateur public Agoranov pour le business development et de Wilco pour nos financements. Par la suite, on a également obtenu des fonds de la part de la Banque publique d’investissement et du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP). En parallèle, nous avons réalisé une première levée de fonds fin 2018 afin de financer notre R&D et de continuer à regrouper des compétences clefs autour de notre projet. Nous allons d’ailleurs lancer un nouveau process de levées de fonds d’ici le printemps 2020 pour continuer notre développement.

Agriloops en quelques infos clés :

  • Pendant les 3 années de test, la ferme pilote a produit environ une centaine de kilos de crevettes et de légumes par an. Le saviez-vous ? La France consomme 120 000 tonnes de crevettes par an (source FranceAgriMer) ;
  • Après la construction de sa première ferme, Agriloops prévoit de produire 20 tonnes de crevettes et 40 tonnes de légumes (mesclun et tomates cerises) ;
  • Agriloops vient de « agri » et de loops (boucles en anglais) pour représenter la boucle aquacole et agricole de l’aquaponie.

Voir aussi