De l’enseignement agricole à la création d'entreprise, rencontre avec Jérémie Cognard, cofondateur d’Agriloops
Agriloops

Jérémie Cognard se lance dans l’aventure de l’entreprenariat avec la start-up Agriloops dont il est cofondateur. C’est l’occasion de revenir sur son parcours dans l’enseignement agricole et son choix du métier d’ingénieur agronome.

Enfant, Jérémie observe la nature à la campagne et les animaux dans la ferme de son oncle. En grandissant, cette curiosité pour le monde du vivant ne le quitte pas et oriente son choix de carrière.

Une fois son baccalauréat scientifique obtenu, Jérémie se dirige vers une classe préparatoire Biologie Chimie Physique et Sciences de la Terre (BCPST) à Clermont-Ferrand. Il y rencontre Romain Vandame, avec qui il fondera la start-up Agriloops.

Il découvre la diversité des métiers du vivant lors de sa formation d’ingénieur à Agrocampus Ouest, et en particulier la production et la protection des plantes, ce qui lui permet de se « spécialiser tout en gardant un cursus pluridisciplinaire ».

La découverte du monde professionnel, le grand atout de l’enseignement agricole

Au cours de ses études, Jérémie affine son parcours professionnel à travers plusieurs stages longs. Pour lui, ces stages sont « l’un des atouts majeurs du parcours d’ingénieur agronome. C’est très utile pour l’insertion professionnelle et pour faire de vrais choix plus tard. Ça permet de comparer différentes visions, différents savoirs et contextes de travail ».

Il effectue un premier stage en 2012 au sein du National Wildlife Research Center d’Environnement Canada, à Ottawa, où il étudie les impacts du glyphosate sur la morphologie de différents mutants d’Arabidopsis thaliana (plante qui sert d'organisme modèle dans la recherche en biologie).

Il va continuer de voyager durant son année de césure en partant 6 mois au Kenya pour travailler sur « la mise en place d’un élevage d’acarien très utilisé pour protéger les cultures » au sein d’une ferme de roses.

À son retour, en 2014, il travaille chez Bayer Crop Science afin d’évaluer « l’impact d’une nouvelle législation sur le catalogue et les usages des produits phytosanitaires de la gamme produits légumiers ».

Pour sa dernière année d’étude, il choisit une formation particulière axée sur la protection des plantes qui s’effectue dans trois campus écoles d’ingénieurs différents (Agrocampus Ouest, AgroParisTech et Montpellier SupAgro) et réalise son stage de fin d’études chez InVivo Agrosolutions.

Une fois diplômé, il décide de créer avec Romain Vandame la start-up Agriloops, qui utilise un système d’aquaponie pour produire des gambas et du mesclun. Jusqu'aujourd’hui en phase d’expérimentation en ferme pilote à Agrocampus Ouest, les deux jeunes ingénieurs ont prévu de construire leur première ferme commerciale d’ici fin 2020.

Ingénieur agronome (option Protection des plantes et environnement) : vers un secteur en pleine évolution

La spécialisation PPE (Protection des plantes et environnement) est ouverte aux élèves ingénieurs de formation agronomique de fin de 2e année.

Cette formation a la spécificité d'être organisée conjointement par AgroParisTech, Montpellier SupAgro et Agrocampus Ouest. L’objectif est de valoriser au maximum le potentiel scientifique et technique existant dans le domaine de la protection des plantes.

L'impact des produits phytosanitaires sur la santé et sur l'environnement, la recherche de solutions alternatives, la mondialisation, le changement climatique, sont autant de facteurs qui modifient le secteur de l’agronomie et font évoluer le marché du travail.

En tant que domaine scientifique, la protection des cultures repose sur l’interaction et l’intégration de disciplines nombreuses et diversifiées.

En savoir plus sur la spécialisation PPE

Voir aussi