Des futurs professionnels ouverts à l’international
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
Stages à l'étranger, échanges... L’enseignement agricole forme de futurs professionnels ouverts à l’Europe, au monde et conscients des enjeux internationaux.

Les élèves et étudiants sont encouragés à partir à l’étranger au moins une fois au cours de leur scolarité afin d’apporter une dimension internationale à leur formation. Être confronté à une autre culture constitue un enrichissement du point de vue humain, culturel et linguistique. En outre, ces mobilités permettent l’acquisition ou le renforcement de compétences professionnelles pour une meilleure employabilité. 22 360 mobilités effectuées en 2017 témoignent du dynamisme de tous les publics de l’enseignement agricole : élèves, étudiants, apprentis, personnels et stagiaires en formation continue professionnelle.

Les élèves et étudiants réalisant des stages ou des séjours académiques à l’étranger peuvent aussi obtenir une aide financière du ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation. En 2018, ce sont plus de 3 400 élèves et étudiants qui en ont bénéficié, pour un montant global de 1,31 million d’euros.

En 2e année de BTS Gestion et maîtrise de l'eau, Arthur est parti au Brésil pour un stage de quatre semaines. « J'ai été sélectionné pour participer à une étude comparative franco-brésilienne sur deux bassins versants de rivières différentes. À 20 ans, partir dans un pays étranger m'a beaucoup apporté car on s'ouvre sur le monde et on ouvre son esprit ! On voit les choses sous un autre angle. J'ai découvert une nouvelle culture, une autre façon de vivre et bien sûr une nouvelle langue. Je suis aussi devenu plus débrouillard et plus autonome. De toute façon, quand on est à plus de 10 000 kilomètres de chez soi, on n'a pas le choix ! » Arthur, étudiant - Lycée Louis Pasteur de La Canourgue (48)

L’Europe, au cœur des échanges …

L’Europe est leur premier choix avec plus de 86,5% des mobilités effectuées. Ce chiffre atteste du rôle de l’enseignement agricole en tant qu’acteur majeur de la construction de l’espace européen de l’enseignement et de la recherche.

La dimension européenne s’exprime à travers les programmes, la mobilité et les langues étrangères à tous les niveaux de formation. Les objectifs : expliquer l’affirmation et la mise en oeuvre du projet européen, identifier l’Union européenne comme nouveau territoire de référence et d’appartenance, étudier la dynamique des espaces européen dans le cadre de la mondialisation ainsi que la politique agricole et son évolution.

Anglais, allemand ou espagnol : 97 lycées proposent de suivre un enseignement renforcé avec tout ou partie du programme d'une discipline enseignée en langue étrangère. Ce dispositif existe en lycée général et technologique comme en lycée professionnel. En 2017, on comptait 1 000 candidats au baccalauréat inscrits à l’épreuve de section européenne.

… avec Erasmus+

Voilà 32 ans qu'Erasmus existe et suscite toujours le même engouement. Près de 70 000 jeunes Français, dont 18 000 jeunes de l'enseignement agricole, quittent chaque année l’Hexagone pour se former quelques mois ailleurs en Europe. C'est devenu un passage quasi incontournable et ce quelles que soient les filières. Élèves, étudiants, apprentis ou en formation professionnelle de 13 à 30 ans, le public d'Erasmus est très large et permet de former de futurs professionnels conscients d'appartenir à cet espace commun qu'est l'Europe.

Le programme Erasmus+ finance les projets de l’enseignement agricole à hauteur de presque 10 millions d’euros (chiffre 2015) par an.

Une mobilité accompagnée

Des personnes ressources au niveau national, régional et au sein des établissements de l’enseignement agricole accompagnent les élèves et étudiants dans leurs projets de mobilité, ce qui conforte la dimension internationale de l’enseignement agricole.

Parmi les réseaux d’appui, celui dédié à l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (RED) forme et accompagne les acteurs de l’enseignement agricole sur des thématiques transversales (préparation et valorisation de la mobilité, alimentation durable, vivre ensemble, inter-culturalité, engagements). Le RED propose des outils pédagogiques et organise des formations spécifiques à la citoyenneté européenne.

« Une année de césure au Canada puis en Allemagne grâce à une bourse Léonardo m’a permis de découvrir tout l’intérêt d’une mobilité à l’étranger. Lorsque je me suis orienté vers l’enseignement, j’ai alors choisi l’enseignement agricole entre autres pour sa dimension internationale. » Professeur de biologie-écologie, Paul est également animateur national pour la zone Roumanie-Bulgarie. « Il s’agit de fédérer les acteurs en France de tout l’enseignement agricole pour faciliter la coopération et la mobilité en direction des pays ou l’accueil de jeunes Européens en France mais aussi la mobilité des personnels ou celles de professionnels qui souhaitent développer des compétences particulières. » Paul, Animateur réseau coopération internationale - Lycée de Dardilly (69)


Découvrez l'ensemble des formations de l'enseignement agricole sur educagri.fr.