#SIA2022 : les « rendez-vous de l’innovation » sur le stand du ministère

Aujourd’hui, la FoodTech et l’AgriTech sont des secteurs de pointe et font de la France un leader mondial de l’innovation en agriculture. Situé au hall 4, le stand du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation accueille de nombreuses start-up de la Ferme Digitale, dans le cadre du Salon international de l'agriculture. Celles-ci présenteront l’histoire de leurs projets innovants qui ont pour ambition d’apporter des solutions concrètes pour l’ensemble de la chaîne alimentaire, du producteur au consommateur.

Agroéquipements, nouveaux modes de production, santé des végétaux… Ces différentes séquences offrent un aperçu du très riche écosystème d’entreprises françaises dans le domaine agricole et alimentaire.

Actrice essentielle de la 3e révolution agricole, la French AgriTech pense les solutions de demain pour une alimentation plus durable, résiliente et compétitive. Axée sur le numérique, la robotique et la génétique, cette révolution est au cœur du plan France 2030 qui vise à faire émerger des projets collectifs de recherche et les accompagner de leur réalisation jusqu’à leur déploiement.

Voici une présentation des huit entreprises qui interviennent dans le cadre du « rendez-vous de l’innovation » sur le stand du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Samedi 26 février (10h-10h30) : durabilité et environnement maritime

Transparence, fraîcheur et qualité des produits tout en rémunérant les pêcheurs à un juste prix, tel est le principe de l’entreprise Poiscaille. Pour lutter contre la surpêche, celle-ci propose à ses clients de s’abonner en précisant la fréquence à laquelle ils souhaitent recevoir leur panier et en quelle quantité. En fonction de la pêche du jour, les clients reçoivent différents poissons, coquillages et crustacés : toutes les espèces, nobles comme moins nobles, sont valorisées.

Comment produire des crevettes et gambas de manière durable, alors que la consommation française s’élève à plus de 100 000 tonnes par an ? C’est pour répondre à cette problématique qu’est née l’entreprise Agriloops. En associant élevage aquacole et maraîchage (méthode appelée « aquaponie »), la start-up est parvenue pour la première fois à relever le pari d’élever des crevettes et gambas en milieu salé en aquaponie.

Dimanche 27 février (10h-10h30) : circuits courts / transformation et logistique

Lancée en 2014, les Grappes est une plateforme qui propose un modèle alternatif à la grande distribution. En effet, elle repose sur le principe du circuit court : plus de 1 000 vignerons récoltants vendent leur vin en direct, aux professionnels comme aux particuliers, et ce sans intermédiaire. Vins bio, issus de l’agriculture raisonnée, de la biodynamie… Le site Internet permet également d’effectuer des recherches par région ou par type de vin.

Implantée dans le Gers, Fermalab est née de la volonté de faciliter l'accès à la transformation à la ferme aux producteurs. L’entreprise conçoit et assemble des micro-usines agroalimentaires conteneurisées. Yaourts, crèmes dessert, glace artisanale, calibrage d’œufs… Les outils industriels ont ainsi été réduits au maximum et tiennent dans l’espace d’un conteneur maritime. Chaque producteur bénéficie d’un atelier prêt à fonctionner, répondant aux normes et aux volumes correspondant aux circuits courts.

Lundi 28 février (10h-10h30) : carbone impact : sols et forêts

Fondée en 2013, Soil Capital accompagne les agriculteurs en grandes cultures vers un modèle plus rentable et plus régénératif pour les sols. L’entreprise a développé un programme de rémunération carbone. Après avoir réalisé un diagnostic de référence, l’agriculteur améliore son empreinte carbone ou maintient son stockage actuel.

La start-up MaForêt développe des projets forestiers certifiés par le Label bas-carbone, financés par des entreprises engagées dans une politique environnementale ambitieuse. Son équipe réunit des expertises dans le domaine du carbone forestier, des procédés numériques de modélisation et de suivi des projets, et les outils juridiques sécurisant l’engagement environnemental.

Mercredi 2 mars (10h-10h30) : agroéquipements / robotique

L’entreprise UV Boosting a mis au point une technologique innovante qui permet de réduire l’utilisation de fongicides à l’aide d’équipements par flashs UV. Grâce à ce procédé, les défenses naturelles des plantes sont stimulées. Cette solution est complémentaire aussi bien à la protection phytosanitaire en agriculture biologique que conventionnelle.

Implantée à Reims, la start-up Vitibot a développé un robot enjambeur viticole totalement électrique et autonome appelé Bakus. Renforcement de la sécurité des travailleurs dans les vignes, réduction des pesticides chimiques… Vitibot innove dans le domaine de l’agriculture durable, en prenant en compte aussi bien les enjeux environnementaux, économiques que sociaux.

Samedi 5 mars (10h-10h30) : vertical farming & agriculture urbaine : les nouveaux modes et lieux de production

L'agroécologie alliée à la technologie. C'est sur ce principe que repose Neofarm. L’entreprise conçoit des fermes maraîchères clé en main qui peuvent être installées à proximité des villes, sur de petites surfaces. L'idée est de produire des légumes bio et de les distribuer localement. Couplés aux plans de légumes rapprochés, différents outils numériques permettent de développer des fermes en maraîchage bio et intensif.

Futura Gaïa a mis au point une solution d’agriculture verticale sur sol vivant, en environnement contrôlé. Localisées en zone périurbaine, ces exploitations agricoles allieront agronomie de précision, technologie de pointe et production locale. Grâce à un système de culture en géoponie rotative et à un volet majoritairement robotisé, ce procédé limitera l’impact sur l’utilisation de ressources naturelles.

Dimanche 6 mars (10h-10h30) : biocontrôle / Préservation santé des sols et plantes

Agriodor développe des solutions de biocontrôle pour protéger les plantes des ravageurs. Grâce à des parfums composés de kairomones, ses produits permettent de diminuer l’utilisation de pesticides de synthèse. L’entreprise a notamment été missionnée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation afin de trouver une alternative aux néonicotinoïdes dans la culture de la betterave.

La très grande majorité des plantes vivent en symbiose avec des champignons, au niveau de leurs racines. Ces champignons favorisent même la croissance et la reproduction des plantes en facilitant l’accès aux nutriments. L’entreprise Mycophyto multiplie en laboratoire certains types de champignons puis les réintroduit dans le sol. Elle commercialise des champignons biostimulateurs de plantes afin de favoriser la biodiversité.

À propos de la Ferme Digitale

Fondée en 2016, la Ferme Digitale est une association qui a pour but de promouvoir l’innovation et le numérique pour une agriculture de précision « performante, durable, équitable et citoyenne ». Elle fédère plus d’une cinquantaine de start-up et entreprises qui élaborent des solutions au service de l’agriculture et de l’alimentation.

La Ferme digitale est présente à la 58e édition du Salon international de l’agriculture. Plus d’informations sur la programmation prévue.