PAT du Sud-Artois : redynamiser le territoire grâce à l’alimentation
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
La Communauté de communes du Sud-Artois (CCSA) (Nord-Pas-de-Calais) compte 64 communes et regroupe près de 30 000 habitants. Engagée depuis 2019 dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, via le REGAL (Réseau pour éviter le gaspillage alimentaire), la CCSA a également mis en place un Projet Alimentaire Territorial, initié dès 2018 et reconnu « PAT » par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation en août 2021. Grâce au plan France Relance, la CCSA initie plusieurs projets permettant aux habitants de consommer des produits locaux et de qualité.

Éduquer contre le gaspillage dès l’école

La lutte contre le gaspillage alimentaire doit être menée dès le plus jeune âge, les cantines scolaires sont d’ailleurs un lieu d’apprentissage idéal pour inculquer les bons gestes. Clotilde Bulté, animatrice du REGAL au sein de la CCSA est convaincue : « L’adoption progressive de nouvelles conduites alimentaires ne doit pas apparaître comme une contrainte pour les enfants, mais comme quelque chose de simple, qui les amuse ».

Elle va donc développer, avec son équipe, des kits anti-gaspillage pour faire évoluer les pratiques alimentaires des élèves d’écoles maternelles et primaires. Ils sont composés d’ustensiles (coupe-fruits permettant aux plus jeunes d’ôter les pépins sans se blesser), d’électroménager (centrifugeuses utilisées pour transformer en jus les fruits qui ne sont pas consommés) et de dispositifs ludiques (jeux et affiches).

Soutenus à hauteur de 80% par le plan France Relance, ces kits seront expérimentés dans une dizaine de cantines scolaires partenaires de la communauté de communes.

Lutter contre la précarité alimentaire

La lutte contre la précarité alimentaire est l’autre combat de la CCSA. « C’est un engagement quotidien qui demande des réponses conçues sur le long terme, au-delà des réponses caritatives d’urgence », précise Clotilde Bulté. En janvier 2020, la CCSA a mis en œuvre un plan d’action de lutte contre la précarité alimentaire, en coopération avec les acteurs locaux.

Pour compléter ces actions, grâce au plan France Relance, la CCSA va faire la promotion de paniers solidaires, composés de produits bio, et rendus accessibles aux plus modestes grâce à des prix réduits. Cette action est réalisée en partenariat avec « Bio en Hauts-de-France », le réseau des AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) des Hauts-de-France et le Réseau des jardins de Cocagne (réseau associatif des fermes biologiques d’insertion sociale et professionnelle), dont une association membre dispose de 5 hectares de cultures au sein de la CCSA.

Grâce au plan France Relance, la CCSA va pouvoir par ailleurs doter cette association d’équipements de lavage et de tri de leurs légumes afin de les commercialiser localement notamment auprès de restaurations collectives.

Relocaliser la fabrication de repas

Relocaliser la fabrication de repas à destination des scolaires et des personnes âgées est une réflexion qui a émergé de la concertation avec les acteurs. C’est pourquoi, la CCSA va commander une étude de faisabilité cofinancée par le plan France Relance, pour envisager comment mettre en œuvre un système de fabrication et de livraison de repas préparés à base de produits locaux et de qualité, destinés aux écoles et aux personnes âgées tributaires de services de restauration à domicile.

Ce système de fabrication et de livraison repas pourrait à moyen terme plus largement profiter à la restauration collective locale estimée à 1 million de repas par an, entraînant des conséquences positives sur l’ensemble du territoire, en matière d’emplois non délocalisables et de circuits courts alimentaires, ainsi qu’en matière de santé et de bien-être à travers une alimentation de qualité.