Outre-mer : 5 trésors des tropiques à déguster
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
La région comprise entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne abrite 80% de la biodiversité mondiale. Ananas, manioc, goyave, igname, café... Découvrez une sélection de produits à déguster des départements et régions d’outre-mer les plus proches des tropiques.

Les départements et régions d’outre-mer regorgent d’une richesse de produits, parfois méconnus. Majoritairement insulaires, les DROM disposent d’un climat caractérisé par de faibles variations de températures.

Le manioc, tubercule de Guyane

Située en Amérique du Sud et limitrophe avec le Brésil, la Guyane dispose d’une agriculture en plein essor. Parmi ses nombreuses productions, trois exploitations sur quatre cultivent du manioc.

Cru, poêlé, en purée… Le manioc doux peut être consommé comme un légume, tandis que le manioc amer doit subir un traitement à l’eau pour devenir comestible.

Cette tubercule, cultivée depuis plus de 4 000 ans, se conserve peu de temps et connaît bien souvent une transformation en « couac ». Il s’agit de semoule de manioc. Le légume racine suit un procédé de transformation durant trois jours : il est épluché, macéré dans l’eau, rappé, égoutté.

La goyave, l’or vert de l’île aux fleurs

Avec plusieurs centaines de variétés, la goyave est cultivée dans différentes régions du globe. On la retrouve aussi en Martinique, qui totalisait une production de 364 tonnes en 2017.  

Ce fruit peut être en forme de poire ou de pomme. Pour bien choisir sa goyave, opter pour un fruit lisse et tendre au toucher, sans être mou.

La goyave est le fruit qui comporte la plus forte teneur en vitamine C. Il est aussi possible de consommer les feuilles du goyavier, souvent utilisées en infusion.

(Source : Interfel)

L’igname, la pomme de terre sucrée de Guadeloupe

C’est au large des côtes du Venezuela qu’il faut se rendre pour découvrir la Guadeloupe et sa production d’igname. Ce légume, qui pousse dans le sol, a une ressemblance gustative certaine avec la pomme de terre ou la patate douce.

Les 850 producteurs de l’île travaillent à une mécanisation progressive de leurs cultures pour offrir un légume riche en amidon, à la chair sucrée, et surtout pour répondre à la demande locale très forte lors des fêtes de fin d’année.

(Source : Chambre d’agriculture de Guadeloupe)

L’ananas, un produit (aussi) de Mayotte

La France est le premier producteur européen d’ananas. Connu pour être produit à La Réunion, l’ananas a aussi trouvé sa place à Mayotte, chez 36% des producteurs de l’île. En effet, en 2018, ces îles françaises au cœur de l’archipel des Comores ont produit 3 750 tonnes de ce fruit exotique. Sur les étals, choissez un fruit lourd et parfumé.

Le saviez-vous ? L’ananas n’est pas un fruit, mais plusieurs fruits, soudés par un axe central.

(Source : DAAF de Mayotte, Interfel et Agreste)

Le bourbon pointu, la star caféinée de La Réunion  

C’est sur l’île volcanique de La Réunion qu’est produit l’un des cafés avec le taux de caféine le plus bas. Découvert en 1771, le bourbon pointu a rapidement conquis les cours européennes.

60 producteurs travaillent quotidiennement pour préserver l’arôme floral et fruité. Les « petites cerises rouges » doivent être cueillies manuellement à maturité. On ôte leur enveloppe rouge pour récolter le grain de café, qui sera ensuite séché au soleil avant torrefaction.

Voir aussi