Life beef carbon : un projet européen pour limiter les gaz à effet de serre (GES) de la viande de bœuf
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Piloté par l'Institut de l'élevage, Life beef carbon est un projet de recherche européen mené dans 4 pays : France, Irlande, Espagne et Italie. Objectif ? Réduire de 15% en 10 ans l'empreinte carbone de la production de viande de bœuf. Le retour d'expérience montre que les élevages ayant la plus faible empreinte carbone sont aussi les plus performants.

« Le projet Life beef carbone a permis de définir toutes les sources émettrices de carbone dans un élevage. 2 000 fermes dont 1 700 en France ont participé au projet, avec 200 techniciens. Chaque exploitation a réalisé un diagnostic CAP2ER afin d'identifier des leviers de réduction concrets pour les éleveurs, de la gestion du troupeau, au système de culture en passant par la gestion des effluents », indique Josselin Andurand responsable du projet Life beef carbone à l'Institut de l'élevage. Il en est ressorti que la moitié des émissions de gaz à effet de serre sont rejetées par la digestion des vaches.

L'empreinte carbone à toutes les étapes de l'élevage

« Plus il y a d'animaux, plus il y a de méthane. Il faut donc essayer d'avoir le moins possible d'animaux improductifs, c'est-à-dire les animaux prêts à être consommés, mais qui vivent encore sur l'exploitation », détaille Josselin Andurand. Différentes solutions permettent de réduire l'empreinte carbone d'un élevage comme optimiser l'arrivée (naissances) et le départ des animaux (abattoir).

Autre solution, revoir le système de culture, par exemple nourrir le bétail avec les prairies et le fourrage produit sur l'exploitation réduit les pollutions liées à la fabrication et au transport d'aliments. Enfin, recycler les déjections animales évite les achats d'engrais.

Développer une filière viande « bas carbone »

125 fermes ont mis en pratique ces solutions pour en vérifier la faisabilité technique et économique. « Cette phase expérimentale nous a permis de montrer que les élevages ayant la plus faible empreinte carbone, sont aussi les plus performants », conclut Josselin Andurand.

À l'issue de ces tests, des fiches techniques ont été mises à disposition sur le site de l'Institut de l'élevage pour les éleveurs, les conseillers techniques et les acteurs de l'enseignement agricole afin que chacun puisse intégrer cette approche « bas-carbone » à son échelle, tout au long de la filière.

Voir aussi