FranceRelance : 30 millions € consacrés au renouvellement des forêts domaniales
DSF / agriculture.gouv.fr
Les forêts françaises doivent faire face à plusieurs crises : sècheresse, invasion de scolytes, chenilles processionnaires... Partout sur le territoire, des dépérissements sont constatés principalement liés à l'accélération du changement climatique. Depuis 2018, de nombreux hectares de forêts publiques ont déjà été dévastés. Des espèces forestières majeures, qu’on pensait parfaitement adaptées, se retrouvent en difficulté dans un certain nombre de situations.

Pour lutter contre ces phénomènes, il faut adapter notre forêt aux évolutions du climat et la rendre plus résiliente. C’est tout l’enjeu du volet forêt bois du plan de Relance, qui consacre 30 millions d'euros à la reconstitution des forêts domaniales gérées par l'Office national des forêts (ONF). Entretien avec Albert Maillet, directeur forêts et risques naturels à l'ONF.

Quelles solutions développez-vous pour aider la forêt à faire face aux conséquences du réchauffement climatique ?

Il s’agit de faire évoluer les forêts vers des écosystèmes qui résistent mieux aux aléas climatiques. On sait que la résistance des écosystèmes végétaux et forestiers en particulier, repose sur le fait qu'ils ne soient pas constitués de peuplements trop homogènes. Pour garantir l'avenir des écosystèmes, il faut diversifier les essences, les provenances, et les modes de sylviculture. Cette stratégie d’amélioration de la résilience des forêts porte un nom : la forêt mosaïque. Aujourd’hui, nous sommes face à des crises, par exemple les scolytes dans l’Est de la France, qui engendrent des dépérissements sur des surfaces importantes de peuplements homogènes, comme les épicéas. Dans cette situation, la seule solution consiste à tout raser, puis reconstituer un peuplement en diversifiant les espèces et en introduisant des essences plus résistantes.

À quoi vont servir les financements du plan de Relance ?

Dans un premier temps, le plan de Relance va nous permettre d’intervenir sur des forêts en situation de crise : c’est la phase curative. Nous allons reconstituer ces peuplements en les diversifiant pour parvenir à des formes différentes, plus résistantes au changement climatique. Parallèlement, nous allons poursuivre la phase préventive, en concentrant notre attention sur les endroits avec des peuplements forestiers qui pourraient, parce qu’ils présentent un certain nombre de facteurs à risque, se retrouver à moyen terme en difficulté. Afin d’anticiper ces scénarios, l’ONF dissémine des bouquets d’essences diversifiées pour accroître la stabilité de ces peuplements encore sains. En outre, à titre expérimental, des îlots d’avenir composés d’essences encore peu répandues sont installés pour tester leur comportement en climat difficile.

Voir aussi