Crédit ci-après
Delphine Bordes / agriculture.gouv.fr

04 mars 2022 Info +

Corinne Kichenin, ambassadrice handicap au cœur de La Réunion

Corinne Kichenin, chargée de mission à la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF) de La Réunion, est l’une des 32 ambassadeurs « handicap et compétences » du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Elle s’épanouit dans un poste atypique taillé à la mesure de son engagement, qui ne cesse de croître. Aujourd’hui, elle exerce un rôle pivot à l’échelle régionale sur la question du handicap. Témoignage.

« J’ai saisi toutes les opportunités »

Corinne Kichenin travaille au ministère depuis 24 ans. Après avoir été vacataire au Secrétariat général et au service vétérinaire puis contractuelle au service formation et développement, elle a connu des épisodes de doutes, cherchant sa place dans la structure, consciente que son handicap agissait parfois comme un frein à sa progression de carrière. Une rencontre a été déterminante : celle de son chef du service formation de l'époque, qui lui a ouvert des portes, l’a encouragé à préparer des concours et l’a accompagné tout au long de son parcours professionnel. « Je lui suis reconnaissante de m’avoir fait confiance et de m’avoir donné ma chance. J’ai saisi toutes les opportunités pour avancer et me construire un avenir », se souvient-elle.

« Aujourd’hui, j’ai pris ma place au sein d’une grande équipe et j’arrive à concilier ma vie professionnelle et personnelle. Je suis très fière de travailler au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ». Cette assurance, acquise au fil des années, est aujourd’hui le moteur de son engagement sur le terrain du handicap.

« Je porte plusieurs casquettes et la plus importante est celle du handicap »

En tant que conseillère prévention, elle anime et coordonne le réseau local des assistants de prévention sur 5 sites (St Denis, le port, l’aéroport et l’abattoir et le site de Saint-Pierre) en liaison avec l’ISST. Corinne Kichenin est aussi référente handicap au niveau régional et correspondante handicap au niveau local. Elle est membre du club Handi-Pacte de la région Réunion et participe au réseau des référents Handicap REZ’HO (un outil d’échange de pratiques). Multipliant ainsi les casquettes (qui pour elle n’en forment qu’une), elle se plaît à dire qu’elle est un peu la « Madame handicap » de La Réunion. C’est donc tout naturellement qu’elle est devenue ambassadrice, pour partager son expérience avec les membres de ce réseau.

« Les solutions à apporter sont collectives »

Aujourd’hui, elle poursuit son itinéraire de formation sur le volet Handicap (DOETH, gestion de projets,…) avec le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT).

« Je suis formée à l’accompagnement de personnes en situation de handicap. J’ai participé à de nombreux ateliers thématiques pour creuser des problématiques spécifiques. À travers les multiples instances auxquelles j’appartiens, j’ai développé des liens privilégiés avec les assistantes sociales, les médecins de prévention et les partenaires externes spécialisés (ALEFPA,….). Je participe avec le médecin de prévention à la recherche de solutions ergonomiques pour adapter les postes de travail en fonction du handicap ou de la maladie invalidante. Je travaille aussi avec la chargée de communication pour préparer l’accueil des nouveaux arrivants pour le volet santé et sécurité au travail. Grâce à mon expérience personnelle et professionnelle, j’ai une approche concrète et complète des multiples freins à lever (information, accessibilité, réglementation, difficultés psychologiques...) pour aborder tous les aspects de la vie quotidienne au travail pour une personne handicapée, afin de trouver une solution efficace. Et cette solution ne peut être que collective », affirme Corinne Kichenin.

Bienveillance, discrétion et détachement émotionnel

Au vu de cette large expertise, Corinne Kichenin mesure ce que l’on peut attendre d’un ambassadeur : bienveillance, discrétion et détachement émotionnel dans l’écoute et l’accompagnement des personnes en situation de handicap. Et parallèlement, un changement de comportement de la part de l’ensemble des agents, avec une solidarité et une tolérance des différences accrues. Elle prend donc cette mission très à cœur, avec toujours l’envie de progresser et de favoriser une société plus inclusive.

« Avec le petit groupe de travail sur le handicap réunissant plusieurs volontaires, Serge Soule, informaticien, un agent d’accueil malvoyant Nicolas M’tima, Danielle Philibert et la référente égalité diversité Christelle Verbard, nous poursuivons nos actions de sensibilisation, participons aux journées de DuoDay. »

En 2019, la DAAF a été récompensée pour sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap.

« Ensemble, si on peut changer le regard d’une seule personne sur le handicap, c’est gagné ! », conclut-elle.

Le rôle d'un ambassadeur « handicap et compétences »

Être ambassadeur, est avant tout un engagement volontaire. Il s'agit de favoriser l’accueil et l’orientation des agents en situation de handicap vers les interlocuteurs spécialisés : gestionnaires de proximité, correspondants handicap régionaux, médecins de prévention, services de ressources humaines, assistants des services sociaux, conseillers et\ou assistants de prévention.

Le rôle d’un ambassadeur est un rôle complémentaire, afin de veiller à ce que cette chaîne fonctionne bien.