Bergerie nationale : une chasse aux œufs ouverte à tous !
Camille Mazoyer / agriculture.gouv.fr
Du 20 avril au 1er mai, la Bergerie nationale organise la traditionnelle chasse aux œufs dans le parc du château de Rambouillet. Tous les après-midis, petits et grands déambulent dans la ferme à la recherche des œufs colorés, en immersion avec les animaux. L’occasion de (re)découvrir cet établissement emblématique.

À 50 kilomètres au sud-ouest de Paris, le domaine nationale de Rambouillet accueille la Bergerie nationale. Achetée en 1783 par Louis XVI, ce dernier souhaite en faire une ferme développant l’innovation pour l’agriculture et l’élevage.

Dès 1794, la Bergerie nationale a une seconde vocation : la formation. École de bergers, école nationale d’aviculture, centre de formation équestre… L’établissement accueille désormais un centre de formation des apprentis (CFA) et un centre de formation professionnel pour adultes (CFPPA) depuis les années 1990. Chaque année, la Bergerie nationale forme quelques 300 apprentis et 1 200 stagiaires.

Au-delà de la formation, 100 000 visiteurs annuels partent en immersion à la ferme. Un circuit de visite permet de parcourir l’exploitation agricole et d’aller à la rencontre des animaux et des professionnels. Ingénieurs, docteurs, formateurs, animateurs… Ils sont plus de 115 à travailler dans l’établissement.

La chasse aux œufs de la Bergerie nationale
Du 20 avril au 1er mai, de 14h à 16h, la Bergerie nationale organise une chasse aux œufs quotidienne.
Entrée payante.

Pour plus d’informations, consultez le site de la Bergerie nationale.

De l’agro-écologie à l’agriculture biologique

Pensée comme une ferme « modèle » par Louis XVI, la Bergerie nationale prend le tournant de l’agro-écologie dès 2011. Elle s’engage pour le développement durable avec notamment une réduction drastique des intrants, une préférence pour la traction animale, une autonomie alimentaire des troupeaux. Ces transformations sont accompagnées par le pôle recherche et développement « 3DFI », afin de rester productif tout en préservant l’environnement. L’exploitation de 250 hectares s’est convertie en 2014 à l’agriculture biologique.

L’inestimable Conservatoire du Mérinos

La Bergerie nationale a acquis sa renommée grâce à son troupeau de moutons Mérinos. Importés d’Espagne en 1786, ce troupeau a joué, au XIXe siècle, un rôle important dans l’amélioration des laines de nombreux pays. En 2006, l’établissement a mis en place le Conservatoire du Mérinos et de la laine afin de revaloriser cette race, mais aussi l’utilisation de la laine. La Bergerie est désormais labellisée « Conservatoire mondiale du Mérinos et de la laine ». Avec 150 femelles et 20 mâles, le conservatoire offre aussi un centre de ressources virtuel, des formations professionnelles, ou encore le Festival des Arts de la Laine.

Voir aussi