Un webinaire sur les besoins numériques pour permettre la traçabilité des matières fertilisantes et supports de culture
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Le 3 novembre 2020, un webinaire a été organisé par RITTMO Agroenvironnement en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation : cette journée s’inscrivait dans la cadre de la mise en œuvre du volet agricole de la feuille de route économie circulaire, et plus précisément dans le cadre de l’action qui vise à développer des outils de traçabilité et de suivi des matières appliquées sur les sols. Afin de pouvoir évaluer les risques liés aux fertilisants et les maîtriser, les outils informatiques de suivi et d’enregistrement peuvent apparaître très utiles.

Ce webinaire avait pour objectif d’identifier les futurs travaux nécessaires au développement et à l’optimisation d’outils numériques, qui pourraient ainsi assurer une meilleure traçabilité des « matières fertilisantes et supports de culture », dites MFSC. En effet, dans le cadre du développement des fertilisants issus du recyclage, le volet agricole de la feuille de route économie circulaire se penche sur les risques relatifs aux cumuls des contaminants potentiellement présents dans les fertilisants, en vue de préserver la capacité productive des sols agricoles. La journée a rassemblé une cinquantaine de participants d’horizons variés : des professionnels du secteur agricole, des producteurs de MFSC,  des professionnels de la gestion de déchets et des éditeurs de logiciels.

Un état des lieux sur les contaminants présents dans les MFSC et dans les sols en France

Des experts de la recherche (INRAE et ADEME) ont présenté un état des lieux sur les contaminants présents dans les MFSC et dans les sols en France.Un panorama d'outils numériques actuellement disponibles pour l’enregistrement et la traçabilité des MFSC a également été réalisé (par exemple : SILLAGE, Sycloé, Fertilisants tracés, MesP@arcelles, ERMES, ERA, … etc.). Des ateliers ont permis aux participants de réfléchir collectivement à des solutions qui permettraient d’avancer sur le développement de ces outils. Les échanges ont été articulés autour des deux questions suivantes : "À quels besoins, l’outil (ou les outils) doit-il répondre et comment généraliser et mettre en œuvre la traçabilité des MFSC, du producteur jusqu’à l’utilisateur ?"
 et " Quels sont les besoins de développement et comment faciliter l’usage des futurs outils ?"

Favoriser la traçabilité numérique pour des MFSC

À l’unanimité des participants, un besoin d’un cadre réglementaire clair a été exprimé mais ce fut également le cas pour la mise en place de groupes de travail qui permettront de créer une dynamique favorable au développement numérique pour la traçabilité des MFSC. Ces groupes de travail aborderont deux thématiques :

  • la création et la validation d’un référentiel standardisé relatif aux caractéristiques et aux usages des produits pour tout metteur en marché. Cela correspond à la création de fiches produits standardisées ;
  • la centralisation des données relatives à l’usage des fertilisants à la parcelle via la création d’un outil numérique national qui récupérerait et archiverait les données.