Qu'est-ce qu'une alerte sanitaire ?

Qu'est-ce qu'une alerte sanitaire ? Comment gère-t-on les alertes auprès des consommateurs lorsqu'un produit est commercialisé et qu'il présente un risque pour la santé ? Les réponses de Marie-Pierre Donguy, cheffe de la mission des urgences sanitaires au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, répond à ces questions.

Retranscription de la vidéo

Qu'est-ce qu'une alerte sanitaire ?

Une alerte sanitaire se définit comme une information relative à un produit ou à un lot de produits dont l’absence de traitement conduirait à une situation d’alerte, à la mise en jeu de la santé des consommateurs.
Pour mémoire, on se rappelle tous de la crise des graines germées en 2011, ou par exemple de la crise de Fipronil à l’été dernier, ou encore récemment, la crise Lactalis qui a touché une population très sensible.

Quelle est la mission des urgences sanitaires ?

Il faut rapidement retrouver le produit qui est en cause, soit dans l’intoxication de malades, soit avant que ce produit n’atteigne le malade, de façon à le retirer du marché.   
Il faut, pour cela, être organisé. Il faut avoir planifié la gestion des alertes. Donc il y a tout un temps de préparation en temps de paix, pour mettre en place des procédures qui seront activées rapidement au moment où l’alerte se déclenche.
Pour vous donner quelques chiffres, la Mission des Urgences Sanitaires enregistre tous les ans, en moyenne, 1 100 alertes, qui donnent lieu à environ 200 et quelques rappels sur les produits.

Les mesures mises en place visent trois objectifs : premièrement, faire cesser l’exposition du consommateur ; deuxièmement, informer le consommateur de la conduite à tenir s’il a en sa possession le produit incriminé ; et troisièmement, c’est faire cesser la contamination du produit, avec une action au niveau de l’atelier de production.
Première chose, faire cesser l’exposition du consommateur, c’est ce qu’on appelle le « retrait ». L’information du consommateur est primordiale, puisque lorsque le consommateur a en sa possession le produit, il doit pouvoir le reconnaitre de façon à le ramener au magasin.
Les principales difficultés je dirais, c’est la traçabilité, en raison de circuits commerciaux compliqués, complexes. La nécessité d’être harmonisé entre les différents acteurs, d’où l’importance d’avoir des circuits d’informations qui soient bien établis, préétablis. Une préparation absolument nécessaire pour la gestion des alertes sanitaires.

Comment sont gérées les urgences sanitaires au niveau européen ?

Le réseau d’alerte européen, qu’on appelle le « RAS », réunit l’ensemble des États membres, mais également la Commission européenne. Il est géré par la Commission européenne. Et il réunit également l’Agence européenne d’évaluation, qui apporte son appui lorsqu’une évaluation du risque est nécessaire et pour une harmonisation du risque au niveau de l’ensemble des États membres.
Ce réseau d’alerte européen a montré ses preuves, on l’a vu au cours de la crise « Fripronil », par exemple, où le point de départ c’est un établissement belge, qui fraude et qui met sur le marché un produit illégal. Donc il y a contamination d’œufs qui sont ensuite distribués dans l’ensemble de la communauté européenne. Cette information a été reprise au niveau du réseau d’alerte, de façon à ce que tous les pays membres puissent avoir l’information et puissent mettre en place, au niveau de leur État, les mesures de gestion qui s’imposaient.

Voir aussi