Le vrac gagne du terrain dans l’Hexagone
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Des grandes surfaces aux magasins dédiés, l’achat de produits en vrac connaît un essor sans précédent. Explications de Célia Rennesson, directrice du « Réseau Vrac », l’association interprofessionnelle pour le développement de la vente en vrac.

Le vrac est un mode de consommation de produits présentés sans emballage. Le client se sert seul, selon les quantités qu’il souhaite. Sacs en tissus, bocaux en verre… Il peut soit apporter ses propres contenants, soit s’en procurer en magasin.

Quelle est l’histoire du vrac ?

On date l’apparition du vrac aux années 80, dans les magasins bio. En 2005, une première offre discount est lancée dans une grande surface. Ensuite, sont apparus des magasins dédiés au vrac. En 2013, on comptait 2 épiceries vrac. Aujourd’hui, elles sont plus de 465 en France, dont 60 épiceries vrac ambulantes qui se rendent sur les marchés et dans les territoires moins urbains. 2017 a été une année charnière, suite à l’accroissement du mouvement zéro déchet et la création en 2016 de l’association « Réseau Vrac » notamment. En 2019, 88% des magasins bio sont équipés d’un rayon vrac et 70% des enseignes de la grande distribution comprennent un rayon vrac également.

Historiquement, les produits d’épicerie sont les plus vendus : les amandes, le riz, les pâtes... Depuis un an, le vrac non alimentaire et le liquide se développent de plus en plus.

Quel est le rôle de votre association ?

Notre rôle est de démocratiser la vente en vrac.

Pour cela, nous facilitons le développement des projets et activités de nos membres, nous professionnalisons les pratiques de tout le secteur, nous faisons avancer le cadre législatif et nous sensibilisons les différents publics. Nous avons ainsi élaboré des modules de formation, rédigé des guides sur l’hygiène et la réglementation, noué des partenariats avec des organismes financiers et certificateurs, dressé un catalogue des fournisseurs et créé le Salon du Vrac, le premier salon dédié aux professionnels de la filière. Grâce à notre action, le vrac a sa propre définition dans le Code de la consommation depuis le 10 février 2020.

Comment les magasins se sont-ils adaptés à la crise Covid-19 ?

Le port du masque est obligatoire et du gel hydroalcoolique est accessible à l’entrée des points de vente. Nous invitons également les clients à désinfecter les surfaces extérieures des contenants, couvercles fermés, à l’aide d’un spray désinfectant virucide à base d’alcool et d’une lavette en microfibre. Par ailleurs, la fréquence de désinfection des différents points de contact du magasin et notamment des ustensiles de service (pelles, pinces, balances, etc.) est augmentée, surtout dans le cadre du libre-service.

Plus d'informations sur Réseau Vrac.