Le trot, une filière d'exception à la française
LeTROT
Comme tous les ans à la même période, l'Hippodrome de Paris-Vincennes accueille l'épreuve reine du trot attelé : le Grand Prix d'Amérique, dont la 98e édition a lieu ce dimanche 27 janvier 2019. Cette course mythique réunit les meilleurs trotteurs mondiaux. L'occasion de (re)découvrir l'univers du trot, une filière d'excellence « à la française » où la passion du cheval se conjugue avec celle du sport.

Ourasi, Bellino II, Ready Cash, Jag de Bellouet, Bold Eagle… Derrière ces chevaux de légende, qui ont fait ou font encore vibrer des milliers d'amateurs de courses de trot attelé, s'affairent des femmes et des hommes passionnés par leurs métiers et aux savoir-faire reconnus à l'international. On estime que les courses hippiques (galop et trot) génèrent 74 000 emplois directs et indirects.

Une chaîne d’acteurs diversifiée

Parmi ces acteurs, il y a les éleveurs qui produisent et font naître, les professionnels du pré-entraînement et de l’entraînement, les salariés des écuries de courses, les drivers/jockeys, les maréchaux-ferrants et autres corps de métier liés au bien-être du cheval, mais encore les nombreux équipementiers et fournisseurs de la filière. À ces acteurs, il faut ajouter tous celles et ceux qui sont chargés de l’organisation, au sein des Sociétés de courses et des hippodromes, sachant que l’on court au trot 365 jours par an et, au minimum, sur deux champs de course par jour… soit un total de 11 205 courses en 2017 ! Avec 217 hippodromes actifs, la France compte le plus grand nombre d'hippodromes en Europe.

L'éleveur, cheville ouvrière de la filière

Il est le premier maillon de la chaîne : sans éleveur/naisseur, pas de cheval/athlète ! Dans son haras, il établit pour ses juments le meilleur croisement possible en choisissant des étalons en fonction de critères déterminés. Il surveille la gestation (11 mois) et prépare ensuite les poulains, dès leur naissance, à devenir de futurs athlètes. Un métier qui demande de nombreuses connaissances (génétique, nutrition, santé…), mais aussi de la patience : entre l'achat d'une jument et les premiers pas de son poulain en compétition, il va s'écouler au minimum 3 années...

La « famille du trot » possède la particularité que ses professionnels sont très souvent acteurs à plusieurs niveaux, de la production à la valorisation. Beaucoup sont éleveurs, mais aussi entraîneurs et/ou drivers.

En France, on élève quasi exclusivement des « Trotteurs Français », l'une des quatre races de trotteurs existant dans le monde. Réputé pour sa polyvalence, le « Trotteur Français » présente une caractéristique unique pour un trotteur : celle de pouvoir aussi bien courir à l'attelé qu'au monté. En 2017, on recensait 7 758 élevages de « Trotteurs Français » pour 14 902 juments trotteuses et 10 908 naissances, ce qui fait de notre pays le premier producteur mondial de trotteurs.