Le bien-être et la protection des volailles de chair
Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr
Les volailles de chair sont produites pour la consommation de leur viande. Sont inclues dans cette catégorie de nombreuses espèces : poulet, dinde, canard, pintade, caille pigeon.

On trouve de la viande de volailles de chair sur le marché sous forme de différents produits : chapons à cuire, poulets rôtis, tranches de dinde, etc. La viande de poulet de chair est la plupart du temps la viande la moins chère pour le consommateur.

Cycle de vie d'une volaille de chair en élevage

Dans la filière, 6% des élevages de volailles de chair sont dédiés à la reproduction et élèvent des volailles reproductrices qui produisent des œufs fécondés. On parle de filière accouvage. Ces œufs donnent des poussins qui sont vendus aux éleveurs de volailles de chair à l'âge d'un jour. La croissance des animaux est rapide et gérée en plusieurs phases (démarrage, croissance, puis finition) dont les durées varient selon les types d'élevage. Par exemple, les poulets de chair sont abattus vers l'âge de 35 jours, ils pèsent alors environ 1,8 kg. Afin d'obtenir des animaux qui grandissent rapidement, les types de volailles élevées proviennent de souches dites à « croissance rapide ». Les poulets ayant accès à l'extérieur sont abattus plus tard (vers 81 jours) et proviennent de souches à croissance plus lente.

Les volailles de chair sont élevées dans plusieurs types d'élevage. L'élevage standard représente 59 % de la production française de poulet.
Différentes normes de commercialisation de la viande sont définies dans le règlement (CE) n°543/2008 de la Commission européenne du 16 juin 2008. On y trouve notamment les règles à respecter en élevage « Fermier – élevé en plein air » et « Fermier – élevé en liberté ». Cette segmentation du marché permet d'offrir au consommateur une diversité de produits répondant à ses attentes, notamment en terme de propriétés organoleptiques et de bien-être animal.

Quelle est la réglementation qui encadre l'élevage des volailles de chair ?

L'élevage d'animaux est encadré par la directive européenne 98/58/CE relative à la protection des animaux dans les élevages, transposée en droit français par l'arrêté ministériel du 25 octobre 1982 consolidé.

La directive européenne 2007/43/CE du Conseil du 28 Juin 2007 renforce l'encadrement de l'élevage des poulets destinés à la production de viande. Elle a permis de faire évoluer les conditions d'hébergement des poulets de chair pour une meilleure prise en compte des besoins de l'espèce : notamment de fixer une densité maximale de poulets dans les bâtiments, mais également d'imposer notamment une période d'obscurité pendant la nuit.

Des contrôles des services vétérinaires sont réalisés régulièrement pour vérifier les conditions d'hébergement des animaux, la qualité de l'identification, le bon état général des animaux, les soins vétérinaires éventuellement apportés. Par exemple, lors d'un contrôle, l'inspecteur vérifie que le nombre de poulets par m² respecte bien la réglementation, et qu'ils aient bien à disposition de la litière sèche et friable.

Information du consommateur : comment connaître les conditions d'élevage des volailles de chair ?

Certaines volailles sont élevées selon des cahiers des charges plus stricts comme le poulet certifié. Encore plus exigent, le Label rouge garantit une meilleure qualité organoleptique du produit, cela a un impact positif sur les conditions d'élevage. L'Agriculture biologique garantit une meilleure prise en compte de l'environnement et du bien-être animal dans les systèmes d'élevage.

Les volailles élevées sous le cahier des charges du Label Rouge ou de l'Agriculture Biologiques répondent au type d'élevage « Fermier » définit par la réglementation, avec leurs exigences spécifiques qui s'ajoutent.

Voici quelques informations en lien avec le bien-être animal pour se repérer dans les différentes mentions de l'étiquetage à travers l'exemple du poulet de chair (ces informations peuvent varier en fonction de l'espèce) :

La production de volailles de chair sous cahier des charges Label Rouge représente actuellement 16% de la production totale, les volailles élevées sous le signe de l'agriculture biologique représentent 1%.

Les engagements de la filière et les perspectives pour l'avenir

Les États généraux de l'alimentation ont fait émerger des sujets sur lesquels les éleveurs et la filière s'engagent dans une démarche d'amélioration continue du bien-être animal, notamment :

  • Une montée en gamme des produits : la filière s'engage à augmenter sa production de volaille bio de 50% et sa production de volailles Label Rouge de 15% d'ici 2022.
  • L'élaboration d'outils (application sur smartphone) dans le but de diffuser les bonnes pratiques, d'évaluer le bien-être animal en élevage et de l'améliorer.

Le saviez-vous ?

La France est le troisième pays producteur de l'Union européenne en volailles de chair. La viande de volaille est la deuxième favorite des français après le porc, avec une consommation moyenne par an de 26,1 kg par habitant.

À télécharger

Le bien-être et la protection des volailles de chair (PDF, 24.63 Ko)

Voir aussi