Le bien-être et la protection des lapins
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
La France est le 2e producteur européen de viande de lapin avec 54 000 tonnes produits en 2015. En 2016, les français en ont consommé en moyenne 750 g.

Retrouvez ci-dessous la description de l'élevage de lapin, la réglementation qui protège ces animaux, l'information du consommateur lors de ses achats et les perspectives d'évolution de l'élevage en France.

Qu'est-ce que l'élevage de lapins ?

Il existe deux types d'activité dans l'élevage de lapins destinés à la consommation de leur viande : le naissage, où les lapines se reproduisent, et l'engraissement, où les lapins grandissent avant d'être envoyés à l'abattoir. La plupart des élevages sont à la fois naisseurs et engraisseurs.

  • Cycle de vie d'un lapin en élevage standard (99% des élevages français) : la plupart des élevages sont constitués d'unités de plusieurs centaines de lapines. Elles deviennent matures sexuellement à l'âge de 5-6 mois, elles sont alors mises à la reproduction par insémination artificielle ; la gestation et l'allaitement durent environ 1 mois chacun. Les femelles peuvent continuer à mettre bas pendant 4 ans. Elles ont en moyenne 7 à 9 portées de 1 à 12 lapereaux par an.
    Afin de pouvoir réaliser les comportements propres à leur espèce, les femelles sont isolées dans des cages individuelles avant la naissance des lapereaux, elles peuvent alors aménager leur nid à l'aide de copeaux de bois.
    Les lapins sont envoyés à l'abattoir au poids d’environ 2,4 kg, ce qui correspond à un âge de 70 jours environ.

Initialement, l'élevage traditionnel était développé dans des clapiers, généralement en bois, ou dans des parcs au sol. Ces derniers n'étaient cependant pas optimums quant aux risques sanitaires. Aujourd'hui, les lapins sont logés dans des cages à sol grillagé permettant d'évacuer facilement urine et excréments, ce qui limite les infections. Différents dispositifs peuvent être utilisés pour améliorer le bien-être, par exemple l'utilisation de cages aménagées plus hautes et équipées d'une mezzanine permettant notamment à la lapine de s'isoler, ainsi que d'un repose-pattes offrant un meilleur confort.

Quelle est la réglementation qui encadre l'élevage de lapins ?

L'élevage de lapins est encadré par la directive européenne 98/58/CE relative à la protection des animaux dans les élevages, transposée en droit français par l'arrêté ministériel du 25 octobre 1982 consolidé.

Des contrôles des services vétérinaires sont réalisés pour vérifier les conditions d'hébergement des animaux, le bon état général des animaux et les soins vétérinaires éventuellement apportés. Par exemple, lors d'un contrôle, l'inspecteur vérifie que les lapins aient de la nourriture et à boire en quantité et qualité suffisante et qu'ils ne soient pas malades, ne souffrent pas et soient correctement soignés.

Information du consommateur : comment connaître les conditions d'élevage du lapin ?

La réglementation s'applique à tous les élevages. Toutefois, certains lapins sont élevés selon des cahiers des charges plus stricts qui ont pour but de différencier les produits. Le Label rouge garantit une meilleure qualité organoleptique du produit et l'Agriculture biologique garantit une meilleure prise en compte de l'environnement et du bien-être animal dans les systèmes d'élevage.

Voici quelques informations en lien avec le bien-être animal pour se repérer dans les différentes mentions de l'étiquetage :

Tableau sur les conditions d'élevage du lapin

En 2017, 1% des élevages disposent de systèmes alternatifs à la cage, en élevage Label Rouge ou en bio par exemple. La production en Label Rouge est marginale et représente moins d'1% des ventes. L'élevage de lapins biologiques est quant à lui confidentiel.

Les engagements de la filière et les perspectives pour l'avenir

L'un des principaux axes de réflexion de la filière cunicole concerne actuellement le logement des lapins. Des alternatives aux cages standard peuvent aujourd'hui être utilisées, comme les cages « bien-être ». Ces cages sont équipées de systèmes de repose-pattes de type caillebotis pour que les lapins puissent alterner avec un sol grillagé et ainsi éviter des blessures au niveau des pattes. Ces cages possèdent également une mezzanine permettant à la mère de s'isoler des lapereaux quand elle le souhaite puisque en temps normal la lapine ne rend visite à ses petits qu'une à deux fois par jour pour les nourrir. De plus, il est possible de rajouter des matériaux manipulables dans les cages pour enrichir le milieu de vie des lapins.

La filière cunicole fait face à des difficultés économiques. La consommation est depuis plusieurs décennies en constante diminution, seulement 40% des ménages achètent du lapin. De plus, une maladie appelée maladie hémorragique virale du lapin se propage et peut entraîner jusqu'à 90 % de mortalité dans les élevages touchés.

Les États généraux de l'alimentation ont fait émerger des sujets sur lesquels les éleveurs et la filière s'engagent dans une démarche d'amélioration continue du bien-être animal, notamment :

  • Vers une augmentation de la segmentation du marché : la filière souhaite multiplier par 10 sa production de Label Rouge et atteindre une augmentation de la production de 1% à 20% de la viande de lapin issue d'élevages alternatifs à la cage d'ici 2022. Elle s'engage également à ouvrir une réflexion avec la distribution, l'agence BIO, la FNAB et l'ITAB sur les leviers de développement de la filière cunicole biologique.
  • Le projet 3L (Living Lab Lapins) vise à définir d'ici fin 2021 un système d'élevage socialement accepté où les lapins pourront mieux exprimer leurs comportements naturels (se dresser, ronger, bondir).
  • L'élaboration d'outils (application sur smartphone EBENE) disponibles pour les éleveurs dans le but d'évaluer le bien-être animal en élevage à partir d'indicateurs et de l'améliorer.

Depuis 2017, l'association « Éleveurs et bien », fruit d'un partenariat entre Terrena, CPLB groupe Cavac ainsi que Loeul et Piriot, a mis en place un nouveau mode d'élevage alternatif des lapins en faveur du bien-être animal. Les lapins sont élevés au sol dans de vastes enclos, leur permettant d'exprimer leurs comportements naturels, avec des refuges leur servant d’abri s'ils souhaitent s'isoler. Ce projet innovant a abouti à la création de la marque « Lapin & Bien » permettant de commercialiser les produits issus des éleveurs impliqués dans cette démarche.

À télécharger

Le bien-être et la protection des lapins (PDF, 25.89 Ko)

Voir aussi