La transition agroécologique, une priorité pour l'enseignement agricole
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Après la crise sanitaire, l’enseignement agricole continue sa mobilisation pour l’emploi en offrant des formations adaptées répondant aux besoins des métiers, à tous les niveaux, et par toutes les voies de formation. Sur les métiers auxquels prépare l’enseignement agricole, il y a de la place pour tous, citadins ou ruraux, jeunes ou adultes.

La crise sanitaire a montré l’importance des enjeux liés à la souveraineté alimentaire, l’enjeu crucial de maintenir une agriculture et des industries de la transformation qui puissent répondre aux besoins de tous en qualité, en quantité et en proximité.

Elle a également montré l’importance des métiers du service, en particulier pour accompagner les personnes âgées ou fragiles. Ces trois secteurs nécessitaient déjà, et continueront de nécessiter, des compétences humaines renforcées en nombre et en qualité.

Les conditions d’enseignement attractives des établissements, publics et privés, les supports pédagogiques de qualité, les nombreuses disciplines optionnelles et les trois voies de formation scolaire, en alternance ou pour adultes apportent à chacun une solution de formation.

Un modèle de transition articulé autour des territoires

L’évolution vers un modèle agricole et alimentaire qui accompagne et accélère la transition écologique est aussi une priorité. Ce modèle, pour être effectif, doit être centré sur les territoires. C’est toute la force de l’enseignement agricole dont les établissements d’enseignement publics et privés, par voie scolaire ou en alternance, savent de longue date tisser des liens avec les acteurs du territoire.

L’enseignement agricole est à la pointe pour accompagner la transition de l'agriculture française vers un modèle agroécologique à travers le plan « Enseigner à produire autrement », il défend aussi une alimentation plus durable accessible à tous.

Voir aussi