État de santé des forêts alpines : rencontre transfrontalière entre forestiers Suisses, Italiens et Français
01/08/2019
Paul Tourneur / ONF
Le Département de la santé des forêts du ministère de l'Agriculture organise depuis 2016 des formations au niveau des Grandes Régions Écologiques. Ces réunions permettent d’avoir une vision précise et complète de l’état de santé des forêts sur des territoires spécifiques. Les 27 et 28 juin dernier, une vingtaine de forestiers, en charges des suivis sanitaires, se sont réunis à Modane (73) pour échanger sur la forêt alpine.

L’événement était organisé par le Pôle Santé des Forêts de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) avec l’appui du réseau local des Correspondants Observateurs.

Les organismes représentés étaient constitués du DSF, des Pôles Santé des Forêts AURA et Sud-Est accompagnés de leurs réseaux respectifs de Correspondants Observateurs, des représentants du Bureau de la surveillance Sanitaire pour le Corps Forestier de la région autonome du Val d’Aoste et du WSL pour la Suisse. Les présentations en salle ont alterné avec des phases de terrain afin d’illustrer l’état sanitaire de diverses formations forestières de la Haute Maurienne.

Les préoccupations sylvosanitaires

Parmi les préoccupations des forestiers, les organismes invasifs présentent une menace commune aux territoires alpins. Pyrale du buis, chalarose du frêne, Phytophthora ramorum sont dans l’actualité. L’écureuil gris présente une menace sur le long terme pour la forêt française. Cette menace évoquée fait partie des vigilances portées par nos réseaux de surveillance.

Chaque territoire a présenté son bilan sanitaire :

  • Les forestiers du Val d’Aoste restent très préoccupés par la gestion de la processionnaire du pin qui présente un développement épidémique depuis 2015 avec des conséquences marquées pour la santé publique. Le fomes en pessières et le Sphaeropsis en pinède constituent des pathologies préoccupantes.
  • En Suisse, les menaces les plus fortes sont liées à l’impact du climat et de ses aléas qui touche plus les zones de piedmonts et de plateaux du nord du pays. La sécheresse de l’été 2018 a été à l’origine de dépérissements marqués de hêtre ainsi que d’épidémies de scolytes sur les épicéas et les sapins.
  • En France, la situation des alpes du sud est marquée par la processionnaire du pin avec des pics de développement au cours de l’hiver 2015/2016. La tordeuse, Epinocia subsequana poursuit son développement sur sapin pectiné, essence qui continue à dépérir en liaison étroite avec les déficits hydriques. Le bombyx disparate est entré en phase épidémique avec le développement de foyers.
  • Pour les alpes du nord, les inquiétudes face à la menace « scolytes » reste de vigueur sur les sapins et surtout les épicéas. L’arrivé de spots de défoliations de bombyx disparate en Savoie constitue un événement marquant mais localisé.

Les tournées de terrain ont permis de visualiser :

  • des dessèchements marqués dans les formations d’aulnes verts. Ils ont donné lieu à des échanges intéressants qui mettent en exergue la complexité du diagnostic pathologique ;
  • la situation des pessières vieillissante des zones d’altitude confronté au fomes et au risque scolyte.

Cette première rencontre transfrontalière sur la thématique de la gestion des problématiques sylvosanitaires de forêts de montagne a permis de regrouper les forestiers s’intéressant à la surveillance sanitaire des zones alpines au travers de trois pays. Nous avons pu constater que les menaces identifiées sont communes au territoire. Cette rencontre a permis d’élargir nos contacts. La richesse des échanges et la diversité des approches ont été bénéfiques à tous. Gageons que ce type d’échange puissent se renouveler.

À télécharger

Les forestiers alpins font le point sur les problèmes sylvosanitaires (PDF, 716.59 Ko)

Voir aussi