Devenir entrepreneur de travaux forestiers
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Matteu vient d'obtenir son bac pro Forêt au lycée agricole public de Sartène (Corse du Sud). Il a pour ambition de devenir entrepreneur de travaux forestiers. Regards croisés sur ce métier avec Sébastien Jiacopini, son enseignant de spécialité.

À chaque question posée à Matteu, Sébastien Jiacopini apporte son point de vue d'enseignant.

Pourquoi as-tu choisi de t'orienter vers le métier d'entrepreneur de travaux forestiers ?

Matteu : Depuis tout petit, j'aime travailler en extérieur. Et mon père étant sapeur-forestier, c'est assez naturellement que je me suis dirigé vers ce secteur professionnel. Il m’a semblé normal de me former afin de préserver les forêts. Mon objectif était d’acquérir des connaissances théoriques et pratiques pour pouvoir par la suite restaurer une ancienne oliveraie située près de mon village natal. Ce fut d'ailleurs l'objet du projet pédagogique de ma deuxième année de bac pro.

Sébastien Jiacopini : « Il est vrai que la majorité des élèves souhaite se diriger vers une installation en tant qu’entrepreneur de travaux forestiers. Il existe néanmoins d’autres débouchés, tels que chargé de production en sylviculture, conducteur de travaux... »

En quoi cette formation te permet-elle de révéler tes talents ?

Matteu : Cette formation me permet avant tout de me former sur le terrain, avec l’aide de mon enseignant de spécialité. Nous avons des cours théoriques, et nous pouvons ensuite nous former et nous exprimer en situation réelle.

Sébastien Jiacopini : « À mon sens, il faut tout d’abord que les élèves s’épanouissent au sein des activités proposées. Il ne faut pas que leur formation se limite à de simples cours ; ils doivent d’avantage êtres abordés sous forme d’une pratique explicitée, apprendre en situation réelle... et cela en toute sécurité. Il est donc important de leur proposer un projet pédagogique adapté à leurs ambitions. C’est la clé de la réussite. Cette année, au vu des projets individuels, nous avons trouvé un point de convergence en réalisant notamment la restauration d’une oliveraie. »

Envisages-tu une formation ultérieure ?

Matteu : J’ai longuement hésité à continuer avec un BTSA Gestion forestière afin de réaliser des études supérieures et sortir du système scolaire avec un niveau bac +2. C’est également une des possibilités qui s’offre à nous. Cependant, après réflexion, j’ai finalement décidé de m'orienter vers un certificat de spécialisation (CS) Élagage, afin de pouvoir diversifier mes activités.

Sébastien Jiacopini : « Tout dépend en effet du projet professionnel de l’apprenant ; mais il est possible de compléter cette formation afin de se spécialiser dans un domaine, ou de pouvoir diversifier ses activités. Les élèves peuvent par exemple effectuer un CS Élagage, ou encore passer le CACES (Certificat d'aptitude à la conduite en sécurité). L'apprenant peut également faire le choix de poursuivre ses études en réalisant un BTSA Gestion forestière. Il est donc possible de passer un baccalauréat et ensuite de réaliser des études supérieures au sein de l’établissement. »

Comment te vois-tu exercer ce métier ?

Matteu : Pour exercer mon métier, je ferai surtout attention à prendre soin de la faune et de la flore. Ce métier me permettra de participer à la sauvegarde et à la bonne gestion des écosystèmes forestiers, pour le bien de la planète !

Sébastien Jiacopini : « Et la demande est importante dans ce domaine ! Il faut savoir que la Corse est une région très boisée... mais que la filière bois n’est pas spécialement développée à la hauteur de ses enjeux. Il s’agit donc, en plus, de métiers porteurs pour l’avenir. »

Voir aussi