Comité d’orientation du DSF en forêt domaniale de Fontainebleau
Louis-Michel Nageleisen

05 mai 2017 Actualité

Comité d’Orientation du Département de la santé des forêts

Le 15 mars 2017, le comité d’orientation du Département de la santé des forêts s’est tenu à l’Ermitage de Franchard, en forêt domaniale de Fontainebleau. C’était l’occasion pour le DSF de faire le point sur les grands sujets d’actualité avec ses partenaires : orientations stratégiques et problèmes sanitaires d’importance. La rencontre a été ponctuée d’une sortie terrain dans une hêtraie dépérissante, pour illustrer le rôle du correspondant-observateur et ses méthodes d’estimation de l’état de santé de la forêt.

Retour sur les grands sujets sanitaires d’actualité

Le comité d’orientation a permis de présenter les sujets sanitaires préoccupants sur lesquels le DSF et ses partenaires se sont investis. La chalarose sur les frênes, la maladie des bandes rouges, les sécheresses, le hanneton…

Le DSF a présenté :

  •  un bilan de son activité : plus de 10 000 observations réalisées chaque année par 240 correspondants-observateurs qui consacrent en moyenne 27 journées par an à la santé des forêts ; une communication diversifiée (plus de 200 fiches techniques sur Ephytia, un site Internet avec une actualité sanitaire, des bilans régionaux et nationaux, une participation active aux Programmes Régionaux Forêt Bois…), 13 conventions de recherche en cours … qui traduisent le dynamisme du réseau ;
  •  les outils utilisés: télédétection, évolution du système d’information… autant de nouveaux outils pour moderniser et perfectionner l’évaluation sylvosanitaire ;
  •  et les projets mise en œuvre pour la surveillance des problèmes sanitaires préoccupants, et plus généralement, la stratégie nationale de surveillance de la santé des forêts, récemment révisée.

Visite d’une parcelle dépérissante et rôle des correspondants-observateurs

Accompagné du correspondant-observateur local, le groupe s’est rendu dans une parcelle de hêtres dépérissants. Le chef de pôle Nord-Ouest a rappelé le rôle du correspondant-observateur lorsque la forêt est malade :

  •  l’expertise en objectivant la situation,
  •  le conseil au gestionnaire local,
  •  constituer la mémoire sylvosanitaire.

Les points saillants

La DGAL et ses partenaires du CNPF, de l'ONF, de l'IGN, de la DGPE/SDFB et des services des DRAAF et des DDT soulignent l'importance de la surveillance menée par le DSF et font part de leur volonté de poursuivre ce partenariat. Ces engagements sont en particulier matérialisés par les conventions passées avec l’IGN, l’ONF et le CNPF et par l’implication du DSF dans les projets multi-partenariaux comme Chalfrax pour la chalarose, Dolar pour la maladie des bandes rouges, le projet d’action ONF/DSF contre le hanneton... Le DSF est perçu comme un réseau qui fonctionne bien car il combine un pilotage qui donne les orientations et anime le réseau, des compétences techniques et une présence importante sur le terrain. Il offre également une coopération entre forêt publique et forêt privée très appréciée.

La santé des forêts est un sujet important reconnu de tous les partenaires. Il est totalement inclus dans le plan stratégique 2017-2019 de la DGAL sur ses volets : (1) anticipation et préparation de l'avenir (suivi des émergences), (2) maîtrise des risques (surveillance, gestion de crise, plans d'urgence) et (3) efficacité des services (informations, base de données, compétences et expertise).

Les participants ont rappelé :

  •  l’importance d'intégrer les questions de santé des forêts dans la sylviculture,
  •  l’importance du conseil apporté aux propriétaires et gestionnaires,
  •  la nécessité de poursuivre l'effort de recherche.