Chevaux, ânes et labours : une pratique ancestrale aux nombreux atouts
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
En maraîchage ou encore en viticulture, les chevaux et les ânes sont de précieux auxiliaires pour les travaux des champs. Au Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) du lycée Nature (La-Roche-sur-Yon), une formation « traction animale » permet de s'y initier. Découverte de cette méthode.

Les chevaux de labour, une image d’Épinal ? « La méthode avait été un peu délaissée, mais elle rencontre un engouement chez les néo-ruraux qui se reconvertissent en agriculture et qui souhaitent s'installer en maraîchage sur des petites exploitations de 1 à 4 hectares », explique Gaël Kasprzak, responsable pédagogique Filière Animation au Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) Nature.

Labour, débardage, entretien des parcelles agricoles… La traction animale présente de nombreux avantages. Tout d'abord, d'ordre économique : « un cheval dressé coûte bien moins cher qu'un tracteur ».

Cette méthode présente également des avantages en matière d'environnement : « c'est une solution qui n'utilise pas d'énergies fossiles et respecte le sol en évitant de le tasser, ce qui favorise la circulation de l'eau, de l'air ».

« La traction animale – ou hippomobile – permet d'effectuer un travail de précision en maraîchage, en vigne, d'accéder à des terrains accidentés comme des espaces forestiers ». Cob normand, cheval de trait Mulassier (race du marais poitevin), Ardennais et le cheval de trait breton mais aussi ânes… « De nombreuses races se prêtent aux travaux des champs », précise Gaël Kasprzak.

Autre avantage, non négligeable : « on travaille dans le silence. C'est également un autre rapport au temps, on avance au rythme plus lent de l'animal, contrairement au monde qui nous entoure où tout s'accélère ».

Comment se déroule la formation ?

« Dans un premier temps, les stagiaires apprennent à soigner, brosser, nourrir le cheval. » Vient ensuite la phase de guide à pied de l'animal : « on le guide avec de longues rênes. » Ensuite, c'est la partie équipement et outils agricoles : « on se rend chez un professionnel pour labourer, préparer le sol (buttes), désherber, amender le sol avec du compost, s'initier aux différents travaux ». 

Plusieurs partenaires sont associés à cette formation : l'Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE), l'association de réinsertion professionnelle les Jardins du Puys (maraîchage)...

À qui s'adresse-t-elle ?

Cette formation est proposée depuis 13 ans au Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) du lycée Nature.
Elle est destinée essentiellement aux stagiaires de la formation professionnelle continue qui préparent un BPREA (brevet professionnel « responsable d'entreprise agricole »), aux demandeurs d'emplois.

Elle est également ouverte à toute personne novice qui souhaite s'initier à la traction animale.

Plus d'informations sur le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) du lycée Nature.