09 décembre 2022 Info +

Animation - Agriculture : des solutions pour le climat

Pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, l’agriculture joue un rôle de premier plan. Pourquoi ? Parce que le secteur agricole présente la particularité d’être à la fois émetteur de gaz à effet de serre, tout étant capable de stocker du carbone dans les sols. Explications en animation.

  • Pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, l’agriculture joue un rôle de premier plan. Pourquoi ? Parce que le secteur agricole présente la particularité d’être à la fois émetteur de gaz à effet de serre, tout étant capable de stocker du carbone dans les sols.

    Quels sont les gaz à effet de serre issus de l’activité agricole ? Il y en a trois principaux. Le méthane, issu de la rumination des animaux d’élevage. Le protoxyde d’azote, surtout lié à l’utilisation d’engrais. Et dans une moindre mesure, le dioxyde de carbone, lié à la consommation d’énergie dans les fermes et à certaines pratiques culturales.

    Comment limiter les émissions de gaz à effet de serre ?

    Dans l’élevage, on peut repenser la ration alimentaire des ruminants (CH4)
    et mieux gérer les effluents (N20).
    Dans le végétal, On peut cultiver plus de légumineuses (N2O) : en fixant l’azote, ces cultures enrichissent le sol, et le rendent moins dépendant des engrais chimiques. On peut aussi, nous, citoyens, adapter notre alimentation (N20) en favorisant la consommation de protéines végétales et gaspiller le moins possible.
    Et enfin pour baisser nos émissions de CO2 on doit diminuer les importations de produits alimentaires, agricoles et forestiers quand ils contribuent à la déforestation à l’étranger et au transport à fort bilan carbone (CO2).

    Pour aller vers la neutralité carbone, il ne suffit pas de limiter nos émissions de gaz à effet de serre. Il faut aussi en stocker davantage ! Et pour cela, les agriculteurs ont tout un panel d’actions à leur disposition : planter des haies, maintenir des prairies permanentes, préserver les zones humides et leur biodiversité, ou encore maintenir la couverture des sols en développant des cultures tout au long de l’année. Enrichis de matières organiques, les sols sont ainsi plus vivants, plus fertiles et plus résilients face au changement climatique.

    Agriculteurs et citoyens sont ensemble acteurs de la neutralité carbone !

Voir aussi