Crédit ci-après
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr

22 novembre 2022 Info +

Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques : tous mobilisés

À l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques du 18 novembre, les acteurs engagés dans la lutte contre l’antibiorésistance publient un état des lieux de la consommation des antibiotiques et de la résistance bactérienne, en santé humaine et animale en France, ainsi que les pistes d’actions pour l’avenir dans une approche « une seule santé ». En santé animale, les objectifs des plans Écoantibio sont atteints. Ces progrès notables nécessitent de poursuivre les efforts individuellement et collectivement.

Antibiorésistance en médecine vétérinaire : une baisse continue de l’usage des antibiotiques

Depuis 2011 et la mise en place du premier plan Écoantibio, l’utilisation des antibiotiques en médecine vétérinaire n’a cessé de diminuer. Le dernier rapport de surveillance européenne de la consommation d’antibiotiques vétérinaires (ESVAC) publié en 2020 par l’agence européenne du médicament (EMA) montre que les efforts français la placent en 3e position au niveau européen en termes de pourcentage de réduction de l’utilisation des antibiotiques en médecine vétérinaire entre 2011 et 2018 (période étudiée par le rapport). En effet, les ventes d’antibiotiques vétérinaires en France ont chuté depuis 2011 de 54,8% selon le dernier rapport de l’Anses. L’exposition des animaux aux antibiotiques, reflétée par l’indicateur ALEA, lequel est davantage révélateur de l’utilisation qui est faite des antibiotiques, a baissé de 47% depuis 2011 pour toutes les filières.

Afin de mieux cibler la lutte entreprise contre l’antibiorésistance, les antibiotiques d’importance critique (AIC) qui permettent notamment de traiter des infections humaines graves et celles dues à des bactéries d'origine non humaine mais pouvant être transmises à l'homme font l’objet d’une attention particulière.

La colistine a été intégrée aux objectifs de réduction d’exposition du Plan Écoantibio 2 en raison des données préoccupantes sur la résistance à cette molécule. Un objectif de réduction de 50% en 5 ans de l'exposition à la colistine a été fixé en filières bovine, porcine et avicole par rapport à 2014-2015. La diminution d’exposition aux AIC a été d’environ 90% entre 2013 et 2020 et de 74,6% pour la colistine entre 2011 et 2020 toutes filières confondues.

En ce qui concerne le plan Écoantibio 2, la diminution de l’exposition à la colistine en filières bovine, porcine et avicole par rapport à 2014-2015 est déjà de 66%, l’objectif de réduction du plan est donc atteint.

Ces efforts ont été permis par la forte implication des éleveurs et des vétérinaires. Cette mobilisation doit se poursuivre à l’avenir pour perpétuer les bons résultats de réduction de l’utilisation des antibiotiques dans le domaine vétérinaire et continuer d’avoir un usage prudent et responsable des antibiotiques en médecine vétérinaire.

Plus d'informations

À télécharger