Roumanie

Télécharger la fiche pays - Roumanie (PDF, 255.09 Ko)

Ce qu'il faut retenir

  • Le développement agricole s’est fortement accéléré ces dernières années dans cet ancien grenier de l’Europe sous l’impulsion des aides de la PAC et des investissements étrangers. En revanche, les secteurs de l’élevage et de la transformation ont encore de fortes marges de développement. Le développement rural et des infrastructures reste un enjeu majeur pour les années à venir.
     
  • Le déficit de la balance commerciale des produits agro-alimentaires a augmenté au cours des dernières années (sauf en 2013 et 2014), en raison principalement du décalage de valeur entre des exportations de produits à faible valeur ajoutée et des importations de produits transformés. L’excédent enregistré en 2013 et 2014, le premier depuis 20 ans, résulte d’exportations record de céréales et d’oléo-protéagineux. Le pays est principalement déficitaire en produits transformés (sucre, produits de la boulangerie-pâtisserie, produits élaborés) et en certains produits de base (comme la viande de porc, lait et produits laitiers, fruits et légumes, et certaines céréales). La France exporte en Roumanie majoritairement des machines industrielles et agricoles, du matériel de transport et des produits chimiques.
     
  • Depuis son entrée dans l’Union européenne (UE) en 2007, la Roumanie a un taux élevé d’utilisation des fonds communautaires en matière agricole et rurale, notamment du fait du maintien des modalités de financement des aides directes via le RUPS (régime de paiement unique à la surface).
     
  • La coopération avec la France se développe en particulier dans le cadre du partenariat stratégique franco-roumain renouvelé en 2013 et 2018, mais également de la saison croisée France-Roumanie 2018-2019.
     
  • Les échanges de produits agroalimentaires demeurent toujours déséquilibrés en faveur de la France. L’écart tend à se résorber progressivement, la France perdant des parts de marché face à d’autres Etats membres de plus en plus présents en Roumanie.

Sources : Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, Ambassade de France en Roumanie, Banque mondiale, PNUD, Eurostat.

Voir aussi