Projet Fricato : à la reconquête des friches agricoles pour garantir l’autonomie alimentaire
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
Dans les Pyrénées-Orientales, un groupement d’éleveurs de brebis exploite des friches agricoles péri-urbaines laissées à l’abandon pour être autonomes en fourrage, maintenir l’élevage de montagne et contribuer au développement rural du pourtour méditerranéen.

« Nos petites exploitations, situées entre 600 et 1 000 mètres d’altitude, sont des landes aux sols peu productifs et boisés qui ne permettent pas de produire suffisamment de fourrages et de céréales pour  nourrir les brebis, lorsqu’elles reviennent en bergerie l’hiver, après la transhumance », explique Olivier Gravas.

Défricher et cultiver

En 2015, Olivier Gravas et 7 autres éleveurs de brebis se réunissent au sein du Groupement d’intérêt écologique et économique (GIEE) « la clé des champs fleuris », et montent le projet Fricato en partenariat avec la commune de Claira, au nord de Perpignan, pour reconquérir les friches laissées à l’abandon proche de la côte. « Ces friches augmentent les risques d'incendies et favorisent le dépôt sauvage de détritus autour de la ville, alors pour entretenir ces paysages et développer une agriculture locale périurbaine, les mairies du secteur nous ont permis d’atteindre 100 hectares de terres maîtrisées », indique Olivier Gravas.

« Je produis dorénavant 80% de l’alimentation du troupeau »

Pour nourrir leurs troupeaux de 150 à 200 brebis, les éleveurs doivent produire environs 50 tonnes de nourriture par an. « Ces terres nous rendent moins dépendants de l’achat extérieur d’aliment et de la variation des prix. Nous y cultivons des espèces variées de céréales et de légumineuses comme de l’orge, des pois, de la vesce, du sainfoin et de la luzerne que nous acheminons sur les bergeries en altitude », détaille Olivier Gravas.

Les agneaux ainsi élevés sont vendus sur le territoire, dans les circuits de distribution du département.

Préserver les paysages de plaine et de montagne

La remise en culture de ces friches est un levier pour développer l’agriculture de proximité tout en respectant l’environnement. En lien avec l’Association communale de chasse agréée, la Maison de la chasse et de la nature et le programme Agrifaune, le GIEE exploite ces plaines délaissées dans le respect de la biodiversité afin de protéger la faune et la flore locale comme l’outarde canepetière, un oiseau spécifique de la région.

Selon Inrae, l’entretien de 1 000 à 1 500 hectares de friche à l’échelle régionale dans la plaine, permettrait de renforcer la durabilité de tous les petits élevages pastoraux des Pyrénées-Orientales. Ces troupeaux sont essentiels pour le maintien des paysages montagneux.

Lauréat des Trophées de l'agroécologie 2017, catégorie démarche collective

Retrouvez ci-dessous une vidéo présentant le projet Fricato, réalisée en 2017 à l'occasion de la remise des prix des Trophées de l'agroécologie.

Voir aussi