Produire en France : répondre aux exigences du consommateur en faveur d’une alimentation favorable à la santé et attentive au bien-être animal
La crise sanitaire l’a montré, l’enjeu de notre souveraineté alimentaire ne peut être négligé : la France doit être en mesure de produire des aliments essentiels à sa consommation. C'est aussi l’opportunité de s’assurer de produire sur notre territoire une alimentation répondant aux hautes exigences des consommateurs français qui souhaitent un meilleur contrôle de leur alimentation et de ses modes de production.

Les mesures

  • Plan de modernisation des abattoirs - 130 M€
    Retrouvez le détail de la mesure sur le site Plan de relance
     
  • Pacte « bio-sécurité - bien-être animal » en élevage - 100 M€
    Retrouvez le détail de la mesure sur le site Plan de relance
     
  • Plan de soutien à l’accueil des animaux abandonnés et en fin de vie - 20 M€
    Retrouvez le détail de la mesure sur le site Plan de relance


Les Français souhaitent un meilleur contrôle de leur alimentation et de ses modes de production. La souveraineté alimentaire est une opportunité de réponse aux hautes exigences des consommateurs français avec une alimentation sûre, saine et attentive au bien-être animal, sans pour autant le faire peser, comme c’est le cas depuis des années, sur le revenu des agriculteurs et éleveurs.

Un plan de modernisation des filières animales – élevage et abattoirs – répond à ces différents enjeux :

  • il permettra de renforcer leur compétitivité tout en répondant aux exigences d’hygiène alimentaire ;
  • investir dans la biosécurité pour réduire l’exposition aux crises sanitaires de demain en garantissant la prévention des maladies animales (peste porcine, tuberculose bovine, influenza aviaire…) ;
  • accompagner les éleveurs dans les investissements à venir.

Cette mesure passera par :

  • un soutien apporté à l’élevage, sous la forme d’un pacte biosécurité bien-être animal visant à permettre aux éleveurs d’investir pour renforcer la prévention des maladies animales tout en améliorant les conditions d'élevage au regard du bien-être animal ;
  • un plan de modernisation des abattoirs qui agit sur plusieurs leviers, notamment le soutien aux investissements et le renforcement du dialogue territorial. Il s’agit de mieux répondre aux exigences d’hygiène alimentaire et de protection animale ; d’améliorer les conditions de travail des opérateurs tout en assurant une manipulation respectueuse du bien-être animal ; de moderniser les outils d’abattage et de première transformation et d’améliorer la compétitivité de ces entreprises ; de préparer les entreprises au respect des exigences à l’export.

Mais l’enjeu du bien-être animal passe aussi par l’accompagnement de la prise en charge des animaux de compagnie abandonnés ou en fin de vie, la France détenant le triste record du nombre d’abandons d’animaux. Le plan de relance marque un engagement fort de l’État par le soutien au secteur associatif et aux refuges et la facilitation d’accès aux soins vétérinaires.

Consulter nos contenus sur le sujet :