Portrait de Célia, jeune éleveuse de chèvres en pleine installation
Célia Beauclair / la chèvrerie de Rilly
Célia Beauclair vient de s’installer en tant qu’éleveuse de chèvres à 29 ans. Bénéficiant de la Dotation jeunes agriculteurs (DJA), elle développe son exploitation à son image : production et vente de fromages à la ferme.

« Je souhaite être maître de ma production, de l’élevage à la vente en passant par la transformation », explique Célia Beauclair. En 2019, la jeune éleveuse rachète une ferme de 17 hectares à Cravant dans le Loiret, pour monter la chèvrerie de Rilly. « Les 40 chèvres sont arrivées à l’âge de 2 mois sur l’exploitation. Je souhaitais qu’elles grandissent avec moi sur place. Au début, je n'avais pas de rentrée d'argent car elles ne produisaient pas encore de lait », détaille la jeune éleveuse.

S’installer grâce à la Dotation jeunes agriculteurs (DJA)

Crédit ci-après
Pour que son exploitation fonctionne sans production de lait, Célia Beauclair a bénéficié de la Dotation jeunes agriculteurs (DJA) issue de la PAC. « Cette aide m’a permis (notamment) d’acheter du foin pour nourrir les chèvres, car je n’avais pas encore installé de prairies. J’en ai profité pour continuer à me former (transformation du yaourt, gestion du parasitisme) », indique l’éleveuse.

Cette année, les chèvres vont avoir leurs premiers chevreaux et vont enfin produire du lait.

Fromage frais, crottins secs, tommes et yaourts

Célia Beauclair souhaite proposer une gamme diversifiée pour commercialiser sa production en circuit court. « Ma petite exploitation permet de dégager du temps pour privilégier la vente directe et sensibiliser le consommateur au respect des cycles biologiques de l’animal. Une chèvre ne produit pas toute l’année car elle doit se reposer. Il y a une saison des fromages, tout comme une saison des légumes », conclut Célia Beauclair.

Cette saisonnalité se retrouve aussi dans l'alimentation du troupeau, dont l’éleveuse s’attache à le nourrir à l’herbe des prairies du printemps jusqu’à l’automne.

Suivre la chèvrerie de Rilly sur facebook.
 

Une réorientation pour devenir éleveuse

Après un BTS Métiers de l’eau, Célia Beauclair rejoint le Conservatoire d'espaces naturels de l’Allier pour travailler, notamment, avec les agriculteurs à la mise en place de Mesure agroenvironnementales territorialisées (MAET). Elle décide de se réorienter avec un brevet professionnel Responsable d’exploitation agricole (BPREA), nécessaire pour s’installer en tant qu’éleveuse, puis passe un Certificat de spécialisation conduite d’élevage caprin (CS caprin) pour perfectionner ses connaissances techniques. Avant de s’installer et connaître la réalité du métier, elle effectue différents remplacements de longue durée dans le Loir-et-Cher et l’Indre-et-Loire, notamment pour des éleveuses en congés maternité.