Philippe Vinçon : « L'enseignement agricole permet aux jeunes de trouver un emploi rapidement »
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
L'enseignement agricole c'est plus de 160 000 jeunes de la 4ème au BTSA et 35 000 apprentis avec 800 établissements dans toute la France, dont une majorité d'établissements privés sous contrat. L'enseignement agricole est piloté par le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation. Il fait partie du service public de l'éducation mais présente des spécificités en termes de pédagogie, de thématiques et de relations aux jeunes. Interview de Philippe Vinçon, directeur général de l'enseignement et de la recherche.

Que diriez-vous à un jeune pour l'amener à choisir l'enseignement agricole ?

L'enseignement agricole peut être choisi pour mille raisons : le goût de la nature et de la vie au grand air, la volonté de s'engager dans un territoire, la volonté de concilier pratique d'un sport et assurance d'avoir un métier, l'intérêt pour une pédagogie plus soucieuse de chacun qui fait la part belle aux travaux de groupes et bénéficie de l'engagement des professeurs et de leur sens du concret.Je lui dirai de venir voir si dans la grande diversité des formations proposées, il n'en est pas une qui éveille de l'intérêt pour lui. Je lui suggérerais aussi de rencontrer des camarades qui pourront répondre à ses questions.

 

En quoi l'enseignement agricole est-il « L'aventure du vivant  »

Le point commun des formations est le lien avec la nature et l'importance de l'expérimentation grâce à la place des exploitations agricoles souvent conduites en agriculture biologique, l'attention portée à chacun que permet la taille des établissements et les effectifs des classes, l'ouverture sur le monde professionnel, l'importance des travaux de groupe et la reconnaissance accordée aux activités sportives, socio-culturelles, aux mobilités en Europe et à l'international. L'enseignement agricole est un révélateur de talents. Au-delà des très bons résultats aux examens obtenus par les jeunes, ils ont, à diplôme égal, une bien meilleure insertion professionnelle. 

 

Quels sont les débouchés possibles ?

Pour toutes les formations, le taux d'insertion professionnel est excellent : 82% pour le bac pro, 90% pour le BTSA et 91% pour l'enseignement supérieur long. L'enseignement agricole permet aux jeunes de trouver facilement un emploi au terme de leur scolarité comme la poursuite d'études dans le supérieur avec 12 écoles publiques qui délivrent des diplômes de vétérinaires, d'ingénieurs et d'ingénieurs agronomes, de paysagistes et de professeurs de l'enseignement agricole. 6 écoles privées délivrent également des diplômes d'ingénieurs. Il offre une grande diversité de formations : 40% des formations proposées sont en lien avec la nature (agriculture, forêt, environnement, agro-alimentaire, paysage, horticulture, viticulture…), 30% en lien avec les services à la personne et 30% sont des formations générales et technologiques qui ouvrent sur une très large gamme de métiers.

 

Quels sont les défis de l'enseignement agricole aujourd'hui pour l'agriculture de demain ?

Le grand défi est d'accompagner la transition agroécologique de l'agriculture française pour produire mieux pour répondre aux attentes de la sociétés. Il faut également mieux faire connaître ses spécificités et ses points forts pour répondre aux besoins en professionnels formés des territoires ruraux et périurbains. L'enseignement agricole, école de la réussite et de l'engagement, doit être reconnu comme tel. 

 

L'apprentissage, une valeur ajoutée dans vos formations ?

L'apprentissage est une voie de formation en plein essor. Elle permet aux jeunes qui souhaitent connaître l'univers professionnel de le faire tout en ayant un diplôme reconnu et de pouvoir poursuivre s'ils le souhaitent dans l'enseignement supérieur. Ils bénéficient en outre d'une rémunération de la part de leur employeur. La présence sur un même campus d'élèves en voie scolaire et en apprentissage constitue également une source d'enrichissement mutuel.

Voir aussi