Crédit ci-après
Théophile Trossat / agriculture.gouv.fr

20 septembre 2010 Info +

Maladies animales : la fièvre Q

Qu'est-ce que la fièvre Q ?

Caractéristiques générales de Coxiella burnetii

L’agent responsable de la fièvre Q est une bactérie, Coxiella burnetii.
Coxiella burnetii est une bactérie de très petite taille, intracellulaire stricte (ciblant surtout les macrophages), lorsqu’elle est présente chez les animaux ou l’homme.
Sa particularité est de pouvoir développer des formes de survie s’apparentant à des spores (pseudospores bactériennes), résistantes dans l’environnement ainsi qu’à des désinfectants chimiques. Elle peut ainsi persister plusieurs mois dans le sol, le fumier et les poussières. Par ailleurs, lorsque les conditions climatiques sont favorables (temps sec, vent dominant), elle peut être disséminée sur de grandes distances (plusieurs kilomètres), ce qui conditionne la dynamique de l’infection et la difficulté de la gestion sanitaire.

Infection chez les animaux

Les données départementales ou régionales disponibles, issues d’études ou de protocoles différents, donc non comparables, ne permettent pas de mesurer la prévalence ou l’incidence mais laissent penser que la fièvre Q est enzootique chez les ruminants en France, comme dans probablement la plupart des Etats membres de l’Union Européenne.
Les animaux s’infectent principalement par voie respiratoire (inhalation d’aérosols contaminés par contact direct avec les placentas, les produits de la mise bas ou les avortons ou par contact indirect entre congénères). La voie transplacentaire est également possible (sans que sa fréquence ne soit connue).
L’infection évolue souvent de manière inapparente. Elle peut toutefois provoquer sur les animaux, en particulier ceux nouvellement infectés :

  • Chez les petits ruminants : avortements (au dernier tiers de la gestation), mises bas prématurées ou naissances d’animaux chétifs ;
  • Chez les bovins : avortements sporadiques en fin de gestation, métrites (infections de l’utérus) et infertilité, mais cela reste à objectiver.

Les séries d’avortements dues à la fièvre Q sont probablement plus fréquents chez les caprins et les ovins. La lactation est peu affectée (sauf en cas d’avortement précoce), et les mises-bas suivantes sont généralement normales.
L’animal demeure infecté (même sans manifester de maladie) pendant plusieurs années et probablement pendant toute sa durée de vie.
Les animaux infectés, avec ou sans symptôme, peuvent excréter la bactérie dans les produits de la mise bas (notamment dans les élevages où de nombreux avortements dus à la fièvre Q se produisent), les secrétions vaginales, les déjections et le lait. L’excrétion est intermittente ou continue, et peut durer plusieurs mois, sachant que les quantités de bactéries excrétées sont bien moindres dans les élevages où l’infection est inapparente. L’excrétion semble être réactivée à chaque période de gestation.

Infection chez l’homme

Cette maladie est transmissible à l’homme principalement par voie aérienne. La population à risque est représentée par les femmes enceintes, les personnes ayant une affection valvulaire cardiaque ou vasculaire et les immunodéprimés.
En 15 ans, seuls 4 épisodes notables de cas humains groupés ont été recensés par les services de surveillance sanitaire français et ont donné lieu de façon systématique à des investigations en élevage par les agents des services vétérinaires en partenariat avec les services de santé (1996 (mars à juin) : Briançon-Hautes-Alpes 29 cas / 2000 (octobre à décembre) : Montoison – Drôme 10 cas / 2002 (juin à novembre) : Chamonix – Haute-Savoie 99 cas / 2007 (mars à mai) : Florac – Lozère, 14 cas).
A chacun de ces épisodes de cas humains groupés, les services vétérinaires ont enquêté dans les élevages, les mesures d’hygiène ont été renforcées et une vaccination a été mise en œuvre. La diffusion d’aérosols contaminants à partir d’élevages infectés est apparue comme étant toujours à l’origine des contaminations humaines.
Concernant le lait, aucune donnée scientifique et épidémiologique ne permet de considérer que la consommation de lait contenant des Coxiella peut engendrer des cas humains cliniques. Dans son avis du 25 juillet 2008, l’AFSSA indique que :

  •  concernant la contamination humaine : la consommation de produits laitiers non pasteurisés est rarement mise en cause ;
  •  concernant les mesures de maîtrise pour les bactéries excrétées dans le lait (dont Coxiella burnetii) : la collecte du lait d’animaux ne présentant aucun signe clinique permet de façon générale de limiter fortement le risque lié à la consommation de lait cru et de crème crue. L’excrétion par des animaux cliniquement sains est possible, mais très faible. Il n’est pas fait référence à un traitement thermique éventuel.

Dans son avis du 13 juillet 2010 (Saisine n°2010-SA-0043), l’Anses (1) précise que le risque de maladie lié à l’ingestion de lait cru et de produits dérivés issus de ruminants infectés par C. burnetii peut être considéré comme « nul à quasi nul » (soit 0 à 1 sur une échelle de 10 niveaux) pour la population générale et « minime » (soit 2 sur une échelle de 10 niveaux) pour la population présentant des facteurs aggravants (femmes enceintes, patients souffrant de valvulopathie cardiaque ou immunodéprimés) susceptibles de faire des complications. L’Anses n’estime pas nécessaire d’appliquer des mesures systématiques de pasteurisation du lait cru issu de troupeaux atteints de fièvre Q, et rappelle l’importance des recommandations générales pour réduire l’ensemble des risques microbiologiques présentés par le lait cru. (1)- Anses, agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (fusion AFSSA / AFSSET, 1er juillet 2010)

Les fondamentaux

Plan de maîtrise de la fièvre Q dans les élevages cliniquement atteints - ACERSA (Association pour la certification de la santé animale)

Voir aussi