Les premiers effets concrets du FEAMP en France : plus de 120 millions d'euros d’aides payés en 2018 !
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr

Créé en 2014, le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) a pour objet d'encourager les transitions et l'exploitation durable des ressources marines. Fort d'un important travail de simplification et d'un accompagnement accru des professionnels, le FEAMP a connu en 2018 sa 1ère année de fonctionnement « à plein régime ». Et les résultats sont au rendez-vous : les paiements ont en effet atteint un total de 124,5 M€ au 31 décembre 2018.

Grâce à ces résultats, fruits de la mobilisation de l’ensemble des acteurs nationaux et régionaux, la France atteint l’objectif qui lui était assigné par la Commission européenne pour 2018, et évite ainsi de perdre une partie de son enveloppe de crédits européens (le « dégagement d’office »).
Pour ce faire, la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA), en tant qu’autorité de gestion et en lien étroit avec l’ensemble des services instructeurs (FranceAgriMer, les Directions inter-régionales de la mer, les services des Conseils régionaux) et l’agence de services et de paiement (ASP), a mis en œuvre un ensemble de mesures de simplification afin de réduire la charge administrative pour les porteurs de projets comme pour les services instructeurs.

Le niveau des paiements en France se situe dans la moyenne européenne (17%), et est du même ordre de grandeur que celui des principaux États membres bénéficiaires du Fonds.
Les paiements se concentrent majoritairement sur des mesures bénéficiant directement aux acteurs économiques, avec des effets concrets. Ce sont ainsi 79 M€ qui ont été injectés directement dans les circuits économiques de la pêche et de l’aquaculture pour financer des investissements productifs, notamment en faveur des exploitations d’aquaculture et de la transformation des produits de la pêche et de l’aquaculture.

Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation :
 « Ces résultats prouvent que le FEAMP fonctionne, pour peu que l'on se donne la peine de dépasser le ''FEAMP-bashing'' et de ''jouer le jeu'', en déposant une demande d'aide pour des actions éligibles. »


Des crédits encore disponibles pour investir

La France bénéficie d'une enveloppe de 588 millions d'euros de crédits européens (sur les 5,8 milliards d’euros totaux au niveau européen), auxquels viennent s'ajouter 186 millions de crédits nationaux et régionaux. L’effet levier du FEAMP est important : 1 € de crédits nationaux permet en effet de mobiliser 3 € de crédits européens.

Au regard des engagements juridiques déjà pris, le potentiel de paiements reste élevé sur les prochains mois.

« Il appartient donc aux acteurs de la pêche et de l’aquaculture de s'emparer résolument de cet outil de financement. Plus que jamais, le FEAMP est une chance pour l'ensemble de la filière » souligne Didier Guillaume.

Pour rappel, les deux objectifs du FEAMP sont :

  • la compétitivité des filières pêche et aquaculture ;
  • la promotion d’un développement économique durable, économe en ressources et à faibles émissions de carbone.

Porteurs de projets, retrouvez toutes les informations nécessaires sur le site de l'Europe s'engage en France