Les nouvelles connaissances sur le rôle nutritionnel des acides gras dans l’alimentation humaine et animale

 

Acide gras en nutrition
Les nouvelles connaissances sur le rôle nutritionnel des acides gras dans l’alimentation humaine et animale

Durant les cinquante dernières années on a considéré que, chez l’homme, la consommation d’acides gras saturés alimentaires induisait une augmentation du taux plasmatique de cholestérol et plus particulièrement du mauvais cholestérol (cholestérol LDL), et accroissait le risque d’apparition de maladies cardiovasculaires.

Les dernières données scientifiques révèlent, au contraire, que les acides gras saturés ne sont pas de mauvais acides gras. Il faut considérer les différents acides gras saturés distinctement les uns des autres, sans les diaboliser et sans surtout les éliminer de l’alimentation. Le lien avec les effets délétères n’est avéré qu’en situation de consommation excessive.

Des recommandations sous forme d’Apports nutritionnels conseillés (ANC) ont été faites par l’ANSES, intégrant le besoin physiologique minimum en lipides, mais également le besoin physiologique optimum afin de prévenir certaines pathologies dont les maladies cardio-vasculaires. Sur la base des recommandations ANC, l’apport optimal en lipides totaux est évalué, pour un risque pathologique minimal, à 35  ;-  ;40 %de l’apport énergétique. L’apport en acides gras saturés est limité à 8  ;-  ;10 %de l’apport énergétique. Ces recommandations ont été établies pour l’adulte, la femme enceinte, la femme allaitante, et le nourrisson. Pour les nourrissons, un apport en acide docosahexaenoïque (DHA), absent de la quasi totalité des laits infantiles mais présent dans le lait de vache, est indispensable.

Dans l’organisme, les lipides jouent deux rôles majeurs :
- un rôle de stockage de l’énergie quelque soit son origine : dans ce cas les lipides sont présents notamment dans les tissus adipeux ;
- un rôle structural : dans ce cas les lipides entrent dans la composition des membranes des cellules. Ils y assurent notamment leur fluidité.
Ils assurent également diverses fonctions métaboliques. Certains sont des précurseurs de molécules de régulation de fonctions physiologiques variées (agrégation plaquettaire, inflammation, vasoconstriction...), d’autres peuvent réguler l’expression de gènes du métabolisme lipidique notamment.


Logo abonnement
S'abonner à La lettre du CGAAER