Le service civique au lycée de Courcelles-Chaussy, un engagement qui marche !
service-civique.gouv.fr

En 2015, l’enseignement agricole s’est ouvert au service civique, en accueillant de jeunes volontaires dans une trentaine d’établissements. Un dispositif porteur d’ouverture et d’engagement citoyen, que la Direction générale de l'enseignement et de la recherche (DGER) souhaite voir se développer. Retour sur la mission, l’an passé, d’une volontaire à l’EPLEFPA de Courcelles-Chaussy (Lorraine).

À la DGER, Emmanuel Hemery, chef du bureau de la vie scolaire et étudiante, et Sandra Zemouli parlent d’une même voix : oui, le service civique est un atout pour l’enseignement agricole ! Car chaque partie a à y gagner : l’établissement reçoit un appui supplémentaire autour de certains projets, les élèves se voient doter d’un accompagnement spécifique, et le volontaire trouve un projet ou un accompagnement qui l’aidera à se remettre en selle, ou à mieux trouver sa voie. A vocation universelle, le service civique s'adresse aux filles comme aux garçons, âgés de 18 à 25 ans (30 ans pour les personnes en situation de handicap). Dans l'enseignement agricole, les volontaires ont majoritairement un niveau bac, en cours d’études ou suite à l’abandon d’études supérieures.

« Attention, explique Emmanuel Hemery, il ne s’agit pas d’avoir quelqu’un bon à tout faire dans l'établissement ! Ce n'est pas un emploi de substitution mais une mission d'intérêt générale très cadrée. C'est un vrai projet, qui doit se construire autour de thématiques socio-éducatives, sportives, artistiques et culturelles, citoyennes, comme le développement d’activités autour de l’internat, l’aide à l’information et l’orientation, l’accompagnement de jeunes en décrochage scolaire vers la reprise d’une formation... »

© service-civique.gouv.fr
Lien social et mixité

Lors de cette rentrée scolaire, une soixantaine de projets a été proposée, via le site dédié au service civique. « C’est un dispositif pour lequel nous avons de vraies attentes, et les établissements ont de vraies propositions à faire, complète Sandra Zemouli. Le service civique est porteur de lien social, de mixité des publics (58% des volontaires sont des femmes). Cela fait pleinement partie des valeurs du vivre ensemble que nous défendons et après ce qu’a traversé notre pays, nous en avons besoin plus que jamais. »

Une réussite, pour tous

En 2015, l’EPLEFPA de Courcelles-Chaussy, à Metz, a accueilli une volontaire. Marie-Adélaïde Laude, proviseure-adjointe, et Sandrine Zintz, professeure-documentaliste, tutrice de cette mission, témoignent :

« Notre demande était celle d’un apport dans le domaine de l’aide éducative et pédagogique, afin d’accompagner les élèves de tous niveaux à s’organiser dans leur travail hebdomadaire et de prévenir le décrochage des plus en difficulté. Cet encadrement a permis aux élèves de s'engager dans une dynamique de travail et donc de réussite scolaire », explique Marie-Adélaïde Laude.

C’est Lauriana, une étudiante de 22 ans en Master 2 aux Beaux-Arts de Metz, qui a été retenue. « Elle a réussi à concilier son emploi du temps d’étudiante avec sa mission ici, poursuit Sandrine Zintz, et elle se destine à l’enseignement. Pour elle, cette première immersion auprès d’élèves était importante, et c’était bien pour nous de lui apporter cette possibilité. Elle s’est montrée très engagée, très impliquée, en gagnant peu à peu en confiance en elle. »

Comment juger d’une expérience réussie ? « Certains élèves nous ont demandé si ce dispositif serait reconduit, car ils voulaient s’inscrire dès que possible, ajoute Marie-Adélaïde Laude. Cette année, nous avons présenté le projet dès la rentrée aux parents d’élèves, afin de montrer que cela fait partie de la vie de l’établissement. Et compte-tenu de la demande comme de nos attentes, nous avons engagé pour cette année scolaire deux volontaires ».

En plus de cette mission de soutien éducatif, le CFA de l’établissement a quant à lui fait appel l’an passé à une volontaire dans le domaine du social et de la santé, plus particulièrement celui de la lutte contre les addictions. La jeune femme vient d’être recrutée cette année grâce à une création de poste pour poursuivre ce travail. Enfin, un troisième volontaire est intervenu sur la thématique de l’environnement, sur le gaspillage alimentaire à la cantine. De quoi donner quantité d’idées aux établissements….